Les mensonges contre l’Église : Le Procès de Galilée

Le Procès de Galilée

460. — 1° Exposé des faits.

Dès 1530, le chanoine Copernic formulait déjà l’hypothèse que la terre et toutes les planètes tournent autour du soleil, et non le soleil autour de la terre, comme l’enseignait le système de Ptolémée, généralement admis jusque-là. Au début du xvir3 siècle, Gaulée[119], ayant présenté le système de Copernic comme une hypothèse certaine, fut, de ce fait, cité deux fois devant la Saint-Office. Ce sont ces deux procès qui forment le point central de ce qu’on appelle 1′ « affaire Galilée ».

A. PROCÈS DE 1616. — En défendant la théorie de Copernic comme une hypothèse certaine, Galilée s’était fait de nombreux adversaires, entre autres, tous les savants qui ne juraient que par Aristote. Vers la fin de 1641, François Sizi accuse Galilée de contredire, par son système, les passages de la Bible tels que Josué, x, 12 ; Eccles., i, 5 ; Ps., xviii, 6 ; ciii, 5 ; Eccl., xliii, 2, qui paraissent en faveur du système géocentrique. Galilée pouvait alors se retrancher sur le terrain scientifique et fuir la difficulté en laissant aux théologiens et aux exégètes le soin de la résoudre. Il commit la faute de suivre son adversaire sur le terrain de l’exégèse. Le 19 février 1616, la question fut donc portée devant la Congrégation du Saint-Office. Onze théologiens consulteurs eurent à examiner les deux propositions suivantes : — 1. Le soleil est le centre du monde et il est immobile ; 2. La terre n’est pas le centre du monde et elle a un mouvement de rotation et de translation. La première proposition fut qualifiée « fausse et absurde philosophiquement, et formellement hérétique parce qu’elle contredit expressément plusieurs textes de la Sainte Écriture suivant leur sens propre et suivant l’interprétation commune des Pères et des Docteurs». La seconde proposition fut censurée « fausse et absurde philosophiquement, et au moins, erronée dans la foi ».

Le 25 février, le pape Paul V donnait au cardinal Bellarmin l’ordre de faire venir Galilée et de l’avertir qu’il eût à abandonner ses idées. Galilée vint et se soumit. Le 5 mars, sur l’ordre de Paul V, paraissait un décret de la Congrégation de l’Index condamnant les ouvrages de Copernic et tous les livres qui enseignaient la doctrine de l’immobilité du soleil. Mais dans cette condamnation il n’était pas fait mention des écrits de Galilée. Celui-ci fut même reçu en audience, le 9 mars, par le pape qui lui déclara qu’il connaissait la droiture de ses intentions et qu’il n’avait rien à craindre de ses calomniateurs.

B. PROCÈS DE 1633. — Après son procès de 1616, Galilée était allé reprendre à Florence le cours de ses travaux. En 1632, il publia son Dialogue sur les deux plus grands systèmes du monde. Cet ouvrage portait l’imprimatur de l’inquisiteur de Florence et celui de Mgr Riccardi, Maître du Sacré-Palais, chargé par office de surveiller la publication de tous les livres qui paraissaient à Rome. Or ce dernier avait bien accordé l’imprimatur, mais sous la condition, que l’ouvrage contiendrait une préface et une conclusion indiquant que le système n’était présenté qu’à titre d’hypothèse. La préface et la conclusion »^ y trouvaient en effet, mais, de la manière dont elles étaient rédigées, elles parurent une moquerie. Les théologiens du Saint-Office furent d’avis que Galilée transgressait les ordres donnés en 1616. En conséquence, il fut cité à nouveau devant le Saint-Office. Après avoir différé plusieurs fois son voyage sous prétexte de maladie, il se mit enfin en route et arriva à Rome le 16 février 1633, où il jouit d’un régime de faveurs, puisque, au lieu d’être interné dans une cellule du Saint-Office, il put descendre chez un de ses amis Niccolini ,l’ambassadeur de Toscane.

Le procès commença le 12 avril, et la sentence fut rendue le 22 juin. Galilée, debout et tête nue, écouta la lecture de sa condamnation : abjuration, prison et récitation, une fois par semaine, pendant trois ans, des sept Psaumes de la Pénitence. Puis, à genoux, la main sur l’Évangile, il signa un acte d’abjuration dans lequel il se déclarait « justement soupçonné d’hérésie», détestait ses erreurs, promettait de ne plus les soutenir et de réciter les pénitences imposées. C’est à ce moment que, d’après une légende tout à fait invraisemblable, vu les circonstances, Galilée se serait écrié en frappant la terre du pied : « E pur si muove» «Et pourtant elle se meut!»

461. — 2° Accusation. — Nos adversaires portent, à propos du procès de Galilée, une triple accusation contre l’Eglise. — a) Ils prétendent d’abord que, dans cette affaire, L’infaillibilité du pape a été mise en défaut: b) Puis ils accusent l’Église d’avoir frappé un innocent, et — c) d’avoir entravé les progrès de la science.

462. — 3° Réponse– — A. Il est faux de prétendre que l’infaillibilité du pape et par conséquent celle de l’Église ,ait été mise en défaut dans l’affaire Galilée. Sans nul doute, lorsque les juges de Galilée, les papes Paul V et Urbain VIII y compris, jugeaient le système de Copernic contraire à la lettre de l’Écriture, ils commettaient une erreur objective et matérielle. Lorsque Galilée affirmait, au contraire, qu’il ne faut pas toujours prendre les paroles de la Sainte Écriture à la lettre, les écrivains sacrés ayant employé, en parlant du soleil, le langage courant, lequel n’a aucune prétention scientifique et se conforme aux apparences, c’est bien lui qui avait raison. D’où il suit que « le tribunal du Saint-Office, comme celui de l’Index, s’est trompé en déclarant, dans les considérants, fausse en philosophie la doctrine de Copernic, qui est vraie, et contraire à l’Écriture cette doctrine, qui ne lui est nullement opposée.

Mais peut-on trouver dans ce fait un argument contre la doctrine de l’infaillibilité de l’Église ou du Souverain Pontife? Pour répondre à cette question, il n’y a qu’à déterminer la valeur juridique des décrets de 1616 et de 1633. Le décret de 1616 est un décret de la Sacrée Congrégation de l’Index ; celui de 1633, un décret du Saint-Office. Assurément, ces décrets ont été approuvés par le Pape : mais comme dans l’espèce, il s’agit seulement d’une approbation dans la forme simple, commune (in forma communi), les décrets sont et restent juridiquement les décrets de Congrégations, qui valent par l’autorité immédiate des Congrégations.

Or, nous le savons, la question d’infaillibilité ne se pose même pas, quand il s’agit d’un décret d’une Congrégation quelle qu’elle soit, eût-elle comme Préfet le Pape lui-même. »[120] Deux conditions leur manquent pour pouvoir être des définitions ex-cathedra, et partant, infaillibles. La première c’est que la censure portée contre la théorie copernicienne ne se trouve que dans les considérants qui ne sont jamais l’objet de l’infaillibilité, et la seconde c’est que les décrets n’ont pas été des actes pontificaux, mais des actes des Congrégations, lesquelles ne jouissent pas du privilège de l’infaillibilité. Au reste, aucun théologien n’a jamais considéré ces décrets comme des articles de foi, et, même après les sentences du Saint-Office, les nombreux adversaires du système copernicien n’ont jamais allégué contre lui qu’il avait été condamné par un jugement infaillible.

L’infaillibilité du Pape mise hors de cause, l’on peut s’étonner à bon droit de l’erreur des juges du Saint-Office. Il y a cependant de bonnes raisons qui expliquent, et même justifient, leur conduite On a dit que la condamnation de Galilée était le résultat d’une machination tramée contre lui par des adversaires jaloux, que le pape Urbain VIII se serait reconnu dans le « Dialogue » sous le personnage un peu ridicule de Simplicio dans la bouche duquel se trouvait un argument que le pape, alors qu’il n’était encore que le cardinal Maffeo Barberini, avait opposé à Galilée, et que son amour-propre blessé l’aurait poussé à la vengeance. Quoi qu’il puisse y avoir de vrai dans ces allégations, il y eut d’autres raisons plus sérieuses qui déterminèrent les juges de l’Inquisition à prononcer une sentence de condamnation, et ces raisons furent les suivantes. C’était alors une règle courante en exégèse, — et cette règle n’a pas changé, — que les textes de la Sainte Écriture doivent être pris dans leur sens propre quand l’interprétation contraire n’est pas imposée par des motifs tout à fait valables. Or, à cette époque, l’on interprétait les passages en question, et en particulier, celui où Josué commande au soleil de s’arrêter, au sens propre et obvie, et par conséquent d’après le système astronomique de Ptolémée. Aussi longtemps que ce dernier système n’était pas démontré faux et que Galilée ne pouvait apporter aucune preuve péremptoire et scientifique de la vérité du système de Copernic, c’était le droit de la congrégation du Saint-Office, et même son devoir, de garder l’interprétation littérale et d’arrêter, par une décision disciplinaire, toute doctrine qui contredirait cette interprétation et voudrait substituer le sens métaphorique au sens littéral. Ajoutons que la Congrégation était d’autant plus portée à s’en tenir à l’interprétation traditionnelle que l’on se trouvait alors en pleine effervescence du protestantisme, et que, en prétendant interpréter les textes de la Sainte Écriture à sa façon, Galilée semblait favoriser la théorie du libre examen.

B. Dans quelle mesure peut-on dire que l’Église a frappé un innocent et que Galilée est un martyr de la science? Qu’il ait eu à souffrir pour la défense de ses idées, que, mis dans l’alternative d’avoir à les sacrifier ou de désobéir à l’Église, il ait enduré dans son intelligence et dans son cœur de cruelles tortures, la chose ne semble pas contestable. Mais dire, que l’Église l’a martyrisé, c’est aller un peu loin. — 1. Tout d’abord, il est faux de prétendre qu’il fut forcé d’abjurer une doctrine qu’il savait être certaine. Il lui semblait bien par les expériences qu’il avait faites que le système de Copernic était une hypothèse plus vraisemblable que celle de Ptolémée, mais de la vérité de cette hypothèse il n’eut jamais la certitude évidente. — 2. Encore moins peut-on dire qu’il fut traité avec rigueur. « On peut défier les plus fanatiques de citer où et quand, pendant ou après son procès, Galilée aurait subi une heure de détention dans une prison proprement dite.»[121] Le pape Paul V admirait Galilée et lui donna de nombreuses marques de bienveillance. — L’on objecte, il est vrai, qu’URBAiN VIII le fit menacer de la torture. Mais cette menace, qui ne fut d’ailleurs pas exécutée, était un des moyens juridiques d’alors, analogue à l’isolement et au secret dont on se sert aujourd’hui, pour provoquer les aveux des prévenus. Il serait, d’autre part, injuste de dire qu’URBAiN VIII fut dur à son égard puisque, le lendemain de sa condamnation, le 23 juin 1633, Galilée fut autorisé à quitter les appartements du Saint-Office où il devait être détenu, et à se rendre dans le palais de son ami, le Grand-Duc de Toscane ; d’où il put bientôt repartir pour sa villa d’Arcetri. Et c’est là qu’il mourut, après avoir reçu tous les ans une pension que le Pape lui accordait depuis 16.30.

C. La condamnation de Galilée a-t-elle vraiment entravé les progrès de la science? « Accordons sans peine que les décrets de l’Index ont pu empêcher ou retarder la publication de quelques ouvrages, tel le Monde de Descartes ; mais, de bonne foi, peut-on affirmer que le triomphe du système en a été reculé?… L’accord avec l’expérience pouvait seul donner à l’hypothèse de Copernic une confirmation décisive, et les décrets de l’Index n’empêchaient personne de chercher à réaliser cet accord. »[122]

Conclusion. — De ce qui précède il résulte que, si la condamnation de Galilée fut, de la part de la Congrégation du Saint- Office et même des papes Paul V et Urbain viii. une erreur infiniment regrettable, elle n’atteint en rien la doctrine de l’Église sur l’infaillibilité pontificale, pas plus qu’elle ne témoigne d’une hostilité systématique contre la science et le progrès.

Source Salve Regina

AJOUTEZ VOTRE COURRIEL POUR RECEVOIR NOS ACTUALITÉS

Catholiques de France

Catholiques de France

Ce site a pour ambition de défendre le magistère et la Foi Catholique dans son intégralité et sans concession, dans un esprit de foi et de charité. Notre devise : Pour sauver la France éternelle conservons la Foi de nos pères.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *