Fête des Saints Anges Gardiens

C’est une vérité de foi que les Anges, tout bienheureux qu’ils sont, reçoivent une mission de Dieu auprès des hommes; les paroles de Notre-Seigneur, l’enseignement des Docteurs et des Saints, l’autorité de l’Église, ne nous permettent pas d’en douter.

Si les démons, en légions innombrables, rôdent autour de nous comme des lions prêts à nous dévorer, selon la parole de saint Pierre, il est consolant pour nous de songer que Dieu nous a donné des défenseurs plus nombreux et plus puissants que les démons.

C’est au plus tard dès sa naissance que tout homme venant au monde est confié à la garde d’un esprit céleste; les païens, les hérétiques, les pécheurs eux-mêmes, ne sont pas privés de ce bienfait de Dieu.

Il est même certain que divers personnages, en raison de leur situation, comme les rois, les pontifes, ou en raison des vues spéciales de Dieu sur eux, comme nombre de saints, ont parfois plusieurs Anges gardiens. Il semble indubitable que non seulement les individus, mais les sociétés et les institutions, sont confiées aussi spécialement à la garde des Anges; l’Église, les royaumes, les provinces, les diocèses, les paroisses, les familles, les ordres religieux, les communautés, ont leurs angéliques protecteurs.

Les Anges nous préservent d’une foule de maux et de dangers, ils éloignent de nous les occasions du péché; ils nous inspirent de saintes pensées et nous portent à la vertu, nous soutiennent dans les tentations, nous fortifient dans nos faiblesses, nous animent dans nos découragements, nous consolent dans nos afflictions.

Ils combattent avec nous contre le démon et nous prémunissent contre ses pièges; si nous tombons, par fragilité ou par malice, ils nous relèvent par le remords, par les pensées de la foi, par la crainte des jugements de Dieu, et nous procurent divers moyens de conversion: ils portent nos bonnes oeuvres et nos prières à Dieu, réparent nos fautes, intercèdent pour nous auprès de la divine miséricorde, suspendent la vengeance céleste au-dessus de nos têtes; enfin ils nous éclairent et nous soutiennent dans la maladie et à l’heure de la mort, nous assistent au jugement de Dieu, visitent les âmes du purgatoire.

Saint Bernard résume nos devoirs en trois mots:

« Quel respect, quel amour, quelle confiance de notre part ne méritent pas les anges! Respect pour leur présence, amour à cause de leur bienveillance, confiance en leur protection. »

Ajoutons un quatrième devoir, la docilité à leur bonnes inspirations.

Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l’année, Tours, Mame, 1950

Texte de la messe :

die 2 octobrisle 2 octobre
Ss. Angelorum CustodumLes Sts Anges Gardiens
III classis (ante CR 1960 : duplex maius)IIIème classe (avant 1960 : double majeur)
Ant. ad Introitum. Ps. 102, 20.Introït
Benedícite Dóminum, omnes Angeli eius : poténtes virtúte, qui fácitis verbum eius, ad audiéndam vocem sermónum eius.Bénissez le Seigneur, vous tous, ses Anges, qui êtes puissants et forts ; qui exécutez sa parole, pour obéir à la voix de ses ordres.
Ps. ibid., 1.
Benedic, ánima mea. Dómino : et ómnia, quæ intra me sunt, nómini sancto eius.Mon âme, bénis le Seigneur, et que tout ce qui est au dedans de moi bénisse son saint Nom.
V/. Glória Patri.
Oratio.Collecte
Deus, qui ineffábili providéntia sanctos Angelos tuos ad nostram custódiam míttere dignáris : largíre supplícibus tuis ; et eórum semper protectióne deféndi, et ætérna societáte gaudére. Per Dóminum.O Dieu, qui, en votre providence ineffable, daignez envoyer vos saints Anges pour nous garder, accordez à ceux qui vous en supplient, d’être sans cesse sous leur défense et leur protection, et de jouir éternellement de leur société.
Léctio libri Exodi.Lecture du Livre de l’Exode.
Exodi 23, 20-23.
Hæc dicit Dóminus Deus : Ecce, ego mittam Angelum meum, qui præcédat te, et custódiat in via, et intróducat in locum, quem parávi. Obsérva eum, et audi vocem eius, nec contemnéndum putes : quia non dimíttet, cum peccáveris, et est nomen meum in illo. Quod si audiéris vocem eius et féceris ómnia, quæ loquor, inimícus ero inimícis tuis et affligam affligéntes te : præcedétque te Angelus meus.Voici ce que dit le Seigneur Dieu : Voici que j’enverrai mon Ange, afin qu’il marche devant vous, qu’il vous garde pendant le chemin et qu’il vous fasse entrer dans la terre que je vous ai préparée. Respectez-le, écoutez sa voix et gardez-vous bien de le mépriser, parce qu’il ne vous pardonnera point lorsque vous pécherez, et parce que mon nom est en Lui. Si vous écoutez sa voix et si vous faites tout ce que je vous dis, je serai l’ennemi de vos ennemis et j’affligerai ceux qui vous affligent. Mon Ange marchera devant vous.
Graduale. Ps. 90,11-1 2.Graduel
Angelis suis Deus mandávit de te, ut custódiant te in ómnibus viis tuis.Dieu a commandé pour toi à ses anges de te garder dans toutes tes voies.
V/. In mánibus portábunt te, ne umquam offéndas ad lápidem pedem tuum.Ils te porteront dans leurs mains, de peur que tu ne heurtes ton pied contre la pierre.
Allelúia, allelúia. V/. Ps. 102, 21. Benedícite Dómino, omnes virtútes eius : minístri eius, qui fácitis voluntátem eius. Allelúia.Allelúia, allelúia. V/. Bénissez le Seigneur, vous toutes, ses armées ; vous, ses ministres, qui faites sa volonté.
¶ In missis votivis post Septuagesimam, ommissis Allelúia et versu sequenti, dicitur¶ Aux messes votives après la Septuagésime, on omet l’Alléluia et son verset et on dit :
Tractus. Ps. 102, 20.Trait
Benedícite Dóminum, omnes Angeli eius : potentes virtúte, qui fácitis verbum eius.Bénissez le Seigneur, vous tous, ses Anges, qui êtes puissants et forts ; qui exécutez sa parole.
V/. Ibid., 21-22. Benedícite Dómino, omnes virtútes eius : minístri eius, qui fácitis voluntátem eius.V/. Bénissez le Seigneur, vous toutes, ses armées ; vous, ses ministres, qui faites sa volonté.
V/. Benedicite Dómino, ómnia ópera eius : in omni loco dominatiónis eius, bénedic, ánima mea, Dómino.V/. Bénissez le Seigneur, vous toutes, ses oeuvres, dans tous les lieux de sa domination. Mon âme, bénis le Seigneur.
Tempore paschali omittitur graduale, et eius loco dicitur :Pendant le temps pascal, on omet le graduel et à sa place on dit :
Allelúia, allelúia. V/. Ps. 137, 1-2. In conspéctu Angelórum psallam tibi : adorábo ad templum sanctum tuum, et confitébor nómini tuo.Allelúia, allelúia. V/. Sous le regard des Anges, je vous chanterai : j’adorerai dans votre saint temple, et je louerai votre nom.
Allelúia. V/. Matth. 28, 2. Angelus Dómini descéndit de cælo : et accédens revólvit lápidem, et sedébat super eum. Allelúia.Allelúia. V/. Un Ange du Seigneur descendit du ciel et s’approchant il renversa la pierre et s’assit dessus.
+ Sequéntia sancti Evangélii secundum Matthǽum.Lecture du Saint Evangile selon saint Mathieu.
Matth. 18, 1-10.
In illo témpore : Accessérunt discípuli ad Iesum, dicéntes : Quis, putas, maior est in regno cælórum ? Et ádvocans Iesus parvulum, statuit eum in médio eórum et dixit : Amen, dico vobis, nisi convérsi fuéritis et efficiámini sicut párvuli, non intrábitis in regnum cælorum. Quicúmque ergo humiliáverit se sicut párvulus iste, hic est maior in regno cælórum. Et qui suscéperit unum párvulum talem in nómine meo, me súscipit. Qui autem scandalizáverit unum de pusíllis istis, qui in me credunt, expédit ei, ut suspendátur mola asinária in collo eius, et demergátur in profúndum maris. Væ mundo a scándalis ! Necésse est enim, ut véniant scándala : verúmtamen væ hómini illi, per quem scándalum venit ! Si autem manus tua vel pes tuus scandalízat te, abscíde eum et próice abs te : bonum tibi est ad vitam íngredi débilem vel cláudum, quam duas manus vel duos pedes habéntem mitti in ignem ætérnum. Et si óculus tuus scandalízat te, érue eum et próiice abs te : bonum tibi est cum uno óculo in vitam intráre, quam duos óculos habéntem mitti in gehénnam ignis. Vidé-te, ne contemnátis unum ex his pusíllis : dico enim vobis, quia Angeli eórum in cælis semper vident fáciem Patris mei, qui in cælis est.En ce temps-là, les disciples vinrent un jour poser à Jésus cette question : « Selon vous, qui est le plus grand dans le royaume des cieux ? » Alors Jésus appela un petit enfant et le fit venir au milieu du groupe : « En vérité, je vous l’affirme si vous ne vous transformez pas pour devenir semblables aux petits enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux. Celui qui se fait petit comme cet enfant, c’est le plus grand dans le royaume des cieux. Et lorsqu’on reçoit en mon nom un enfant comme celui-ci, c’est moi-même que l’on reçoit. Mais si quelqu’un scandalise un de ces petits qui croient en moi, il vaudrait mieux pour lui qu’on suspendit à son cou une de ces meules qu’un âne tourne, et qu’on le plongeât au fond de la mer. Malheur au monde à cause des scandales ! Car il est nécessaire qu’il arrive des scandales ; mais malheur à l’homme par qui le scandale arrive ! Si ta main ou ton pied te scandalise, coupe-le, et jette-le loin de toi ; il vaut mieux pour toi entrer dans la vie manchot ou boiteux, que d’avoir deux mains ou deux pieds, et d’être jeté dans le feu éternel. Et si ton oeil te scandalise, arrache-le, et jette-le loin de toi ; il vaut mieux pour toi entrer dans la vie n’ayant qu’un oeil, que d’avoir deux yeux et d’être jeté dans la géhenne de feu. Gardez-vous de mépriser aucun de ces petits ; car je vous dis que leurs Anges dans le ciel voient sans cesse la face de mon Père qui est dans les cieux. »
Ante 1960 : CredoAvant 1960 : Credo
Ant. ad Offertorium. Ps. 102, 20 et 21.Offertoire
Benedícite Dóminum, omnes Angeli eius : minístri eius, qui fácitis voluntátem eius, ad audiéndam vocem sermónum eius.Bénissez le Seigneur, vous tous, ses Anges : vous, ses ministres, qui faites sa volonté, pour obéir à la voix de ses ordres.
SecretaSecrète
Súscipe, Dómine, múnera, quæ pro sanctórum Angelórum tuórum veneratióne deférimus : et concéde propítius ; ut, perpétuis eórum præsídiis, a præséntibus perículis liberémur et ad vitam perveniámus ætérnam. Per Dóminum nostrum.Recevez, Seigneur, les dons que nous vous présentons en l’honneur de vos saints Anges et dans votre bonté, accordez-nous, par leur perpétuelle protection, d’être délivrés des dangers de la vie présente et de parvenir à la vie éternelle.
Ant. ad Communionem. Dan. 3, 58.Communion
Benedícite, omnes Angeli Dómini, Dóminum : hymnum dícite et superexaltáte eum in sǽcula.Tous les anges du Seigneur, bénissez le Seigneur ; dites-lui des hymnes et exaltez-le dans tous les siècles.
PostcommunioPostcommunion
Súmpsimus, Dómine, divína mystéria, sanctórum Angelórum tuórum festivitáte lætántes : quǽsumus ; ut eórum protectióne ab hóstium iúgiter liberémur insídiis, et contra ómnia advérsa muniámur. Per Dóminum.Nous avons reçus, Seigneur, les divins mystères, nous réjouissant de la fête de vos saints Anges, faites, nous vous en prions, que par leur protection nous soyons constamment délivrés des embûches de l’ennemi et fortifiés contre toutes les adversités.

AJOUTEZ VOTRE COURRIEL POUR RECEVOIR NOS ACTUALITÉS

Catholiques de France

Catholiques de France

Ce site a pour ambition de défendre le magistère et la Foi Catholique dans son intégralité et sans concession, dans un esprit de foi et de charité. Notre devise : Pour sauver la France éternelle conservons la Foi de nos pères.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.