La fausse dévotion de la Divine Miséricorde de Sœur Faustine


☠️ La dévotion à la Divine Miséricorde de Sœur Faustine est à fuir❗️

➡️ En 1959, la Sacrée Congrégation du Saint Office de l’Inquisition a interdit la dévotion et la diffusion de la fausse « Divine Miséricorde » tirée des soi-disant révélations de Sœur Faustine Kowalska, une religieuse polonaise. Le journal de Sœur Faustine apparaissait sur l’index des livres interdits de l’Église catholique :


… ✒️ “Qu’il soit rendu public que la Suprême Sacrée Congrégation du Saint-Office, après avoir examiné les prétendues visions et révélations de Sœur Faustine Kowalska, de l’institut de Notre-Dame de la Miséricorde, décédée en 1938 près de Cracovie, a décidé ce qui suit : Il faut interdire la diffusion des images et des écrits qui présentent la dévotion à la Divine Miséricorde dans la forme proposée par ladite Sœur Faustine. Il est requis de la prudence des Évêques de devoir faire disparaître lesdites images qui ont éventuellement déjà été exposées au culte.”
— Du palais du Saint-Office, le 6 mars 1959. Mgr. Ugo O’Flaherty, Notaire. – Décret du Saint Office, 6 mars 1959 (Document (http://www.vatican.va/archive/aas/documents/AAS-51-1959-ocr.pdf)).

Selon tous les Pères de la Sainte Congrégation ayant condamné la dévotion, cette dernière s’apparente à une contre-façon de la dévotion du Cœur Sacré de Jésus-Christ. Ce qui est le plus préoccupant dans cette dite dévotion est le fait qu’elle fut très populaire chez les « chrétiens » charismatiques, et est utilisée comme un substitut au Rosaire.

Le diable étant très patient, cette dévotion fut réhabilitée à travers le monde par Karol Wojtyła, dit Jean-Paul II de son nom de scène, après le conciliabule Vatican II. Nous vous proposons ci-dessous quelques extraits étranges du petit journal de Sœur Faustine, “La Miséricorde de Dieu dans mon âme”. Cela devrait suffire à nous convaincre que cette « dévotion » est une tromperie !

« Et l’Hostie sortit du tabernacle ET SE POSA SUR MES MAINS. Et moi, avec joie, je la remis dans le tabernacle. Ceci se répéta une seconde et même une troisième fois. » p. 50

« Tout le temps où j’ai eu l’hostie en main, je ressentais une telle puissance d’amour que, de toute la journée, je ne pus ni manger ni reprendre connaissance. J’ai entendu ces paroles venant de l’hostie : “Je désirais reposer SUR TES MAINS et pas seulement dans ton cœur.” » p. 102 et 103

« Au moment où je m’agenouillais pour rayer ma volonté propre, comme le Seigneur m’a dit de le faire, j’ai entendu dans mon âme cette voix : “À partir d’aujourd’hui, n’aie pas peur des jugements de Dieu, CAR TU NE SERAS PAS JUGÉE.” » p. 169


À la page 366, « Jésus » dit : « Je vois ton amour si pur. Fortifié par la lutte que tu mènes, IL SURPASSE L’AMOUR DES ANGES. À cause de toi, Je bénis le monde. »

À la page 381, nous lisons que « Jésus » aurait donné cette instruction à Sœur Faustine : « Dis à la Mère Générale de compter sur toi, comme étant LA PLUS FIDÈLE des filles du Couvent. »

À la page 527, nous lisons que Sœur Faustine dit : « Une grande nostalgie envahit mon âme pour que chez nous aussi il y ait une sainte. Je me suis mise à pleurer comme une enfant, parce qu’il n’y a pas de sainte chez nous. J’ai dit au Seigneur : “Je connais Votre largesse. Mais il me semble que maintenant Vous êtes moins généreux pour nous.” J’ai recommencé à pleurer comme une enfant. Jésus me dit : “Ne pleure pas, CAR TOI, TU SERAS LA SAINTE” »

À la page 580, nous lisons que Sœur Faustine dit après avoir reçu la communion : « “Jésus, changez tout mon être en une autre hostie… Vous êtes le Seigneur, Grand et Tout-Puissant. Vous pouvez m’accorder cette grâce.” Et le Seigneur me répondit : “Tu es UNE VIVANTE HOSTIE agréable au Père Céleste.” »

Aux pages 201 à 202, nous apprenons que « Jésus » aurait parlé à Sœur Faustine au sujet de la nouvelle dévotion à la Divine Miséricorde et lui aurait soi-disant enseigné qu’il fallait la réciter sur les grains du chapelet : « Cette prière doit apaiser Ma colère. Tu vas la réciter pendant neuf jours, sur un chapelet, de la manière suivante : d’abord tu diras un Pater, un Ave et le Je crois en Dieu. Puis sur les grains du Pater, tu vas dire les mots suivants : “Père Éternel, je Vous offre le Corps, le Sang, l’âme et la Divinité de Votre Fils Bien-Aimé (…) »

⚠️ Les déclarations ci-dessus posent un certain nombre de problèmes. Le premier problème est la promotion de la communion dans la main, soi-disant approuvée par Notre-Seigneur Lui-même ! L’hostie vole dans ses mains à de nombreuses reprises ; Notre-Seigneur dit soi-disant désirer se reposer dans ses mains. Il est à penser que c’est un piège diabolique pour que la communion dans la main soit acceptée intellectuellement, en avance de la religion Vatican II.

Deuxièmement, nous voyons d’inutiles éloges envers cette sœur. Nous lisons « Notre-Seigneur » lui dire des choses ne favorisant pas l’humilité, mais la vanité. En effet, comment Notre-Seigneur aurait-Il pu lui demander de dire à son supérieur qu’elle est la fille la plus fidèle de l’Ordre ?

La dévotion à la Divine Miséricorde est centrée autour de la miséricorde à une époque où l’humanité était proche de faire déborder la coupe de la justice divine. Le problème à cette époque, et aujourd’hui bien sûr, c’est que les hommes ne craignent pas Dieu et continuent à l’offenser. Ils avaient alors besoin d’entendre parler de Sa justice. Mais la dévotion à la Divine Miséricorde est le parfait faux-dévouement ; le message consiste à faire croire aux gens qu’ils recevront la miséricorde de Dieu même s’ils persistent dans leurs péchés.

Le dernier point est peut-être le plus important, Dieu aurait-Il révélé une nouvelle dévotion à réciter sur les grains du chapelet peu de temps après que Sa Mère fut venue à Fatima, et qu’elle fit un grand miracle pour révéler entre autres choses la nécessité du Rosaire ? La requête spécifique à Sœur Faustine pour que la dévotion à la Divine Miséricorde soit priée sur les grains du chapelet, est clairement un substitut du diable au Rosaire.

🔴 La conclusion naturelle au vu de tous ces faits est que la dévotion à la Divine Miséricorde est une chose que les catholiques doivent fuir. Les catholiques doivent continuer de toute urgence à réciter chaque jour leur chapelet, et s’ils le peuvent, le Rosaire complet !

(Source : TraditionCatholique : https://t.me/TraditionCatholique)

AJOUTEZ VOTRE COURRIEL POUR RECEVOIR NOS ACTUALITÉS

Catholiques de France

Catholiques de France

Ce site a pour ambition de défendre le magistère et la Foi Catholique dans son intégralité et sans concession, dans un esprit de foi et de charité. Notre devise : Pour sauver la France éternelle conservons la Foi de nos pères.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.