Les femmes-prêtres désormais une réalité en Suisse

Un billet sur Gloria.Tv nous informe qu’il n’est pas inhabituel de pouvoir assister à des « messes » présidées par des femmes dans des églises occupées par la secte moderniste en Suisse germanophone.

Ainsi, ce dimanche 19 juillet 2020, dans la chapelle Saint Michel de Rigi Kaltbad, appartenant au diocèse de Bâle, une certaine Anita Wagner officiait seule la pseudo-messe, affublée de vêtements liturgiques. Le rapport signale que pour une raison inconnue, le rite Paul VI fut entièrement opéré par l’individu, à l’exception des paroles de la consécration.

https://www.facebook.com/watch/?v=321126762400963

Que nos amis tradis rattachés aux faux papes de Vatican 2 se rassurent : le rite Paul VI est objectivement invalide, en particulier en raison des paroles de la consécration. Il importe donc peu, à cet égard, que Mme. Wagner ait prononcé ou non cette partie de cette abominable parodie de messe catholique.

Ce phénomène des « messes » ou « services liturgiques » opérés par des femmes, est finalement une « évolution » logique dans la secte Vatican 2. Incarnation de l’esprit impur de ce monde, la secte moderniste suit la même course, et il est inévitable que la question de « l’ordination » des femmes soit de plus en plus promue sous le règne de François. Chacun garde en mémoire les récentes déclarations de la « théologienne » moderniste Anne Soupa, proposant sa candidature à l’archevêché moderniste de Lyon. Cette innovation semble inéluctable et la trame narrative semble toute prête : les prélats modernistes ont prouvé leur manque de sérieux en dissimulant pendant des décennies les nombreux crimes de mœurs de leur clergé. La solution sera donc la nomination de femmes à la tête des diocèses occupés, pour amener un vent nouveau sur « l’Eglise ».

Décidément, la fenêtre ouverte de Jean XXIII n’en finit pas de diffuser ses odeurs pestilentielles.

AJOUTEZ VOTRE COURRIEL POUR RECEVOIR NOS ACTUALITÉS

Guillaume

Guillaume

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *