Mercredi des cendres

Le mercredi des Cendres (en latin Dies cinerum, « Jour des cendres ») est un jour de pénitence qui marque le début du carême. Cette fête mobile a lieu 47 jours avant Pâques.

Le pape Grégoire Ier institue aux alentours de l’an 591 la coutume, en ce mercredi, de consacrer au service divin les cendres des rameaux de l’année précédente et de tracer avec ces cendres une croix sur le front des fidèles. En recevant cette croix de cendres, les fidèles doivent prendre conscience de leur caractère éphémère et être appelés à la conversion (en grec μετανοια, metánoia, littéralement « changement de pensée, changement de sens, conversion de la pensée »).

Genèse (Gn 3,19) :

« Souviens-toi que tu es poussière et que tu retourneras en poussière. »

« Memento, homo, quia pulvis es, et in pulverem reverteris »

Genèse (Gn 3,19) :

L’imposition de cendres au front du pénitent est une évocation symbolique de la mort, un appel à la conversion, un symbole de renaissance, une image de notre pauvreté et le signe de la miséricorde de Dieu5. Les catholiques sont tenus à l’abstinence et au jeûne le mercredi des Cendres sauf cas particuliers (jeunes enfants, personnes âgées ou malades, personnes exerçant un métier physiquement difficile).

Bénédiction des Cendres

Feria Quarta CinerumMercredi des Cendres
I Classis1ère Classe
Statio ad S. SabinamStation à Ste-Sabine
¶ Ante Missam benedicuntur cineres facti de ramis olivarum sive aliarum arborum, præcedenti anno benedictis, hoc modo :¶ Avant la messe, on bénit les cendres des rameaux d’olivier ou d’autres bois bénis l’année précédente, de cette façon :
In Choro, dicta Nona, Sacerdos indutus Pluviali violaceo, vel sine Casula, cum ministris similiter indutis, procedit ad benedicendurn cineres in vase aliquo super altari positos. Et primo cantatur a choro sequens Antiphona :Au chœur, après None, le prêtre, révêtu de la chape violette, ou sans chasuble, avec les ministres revêtus de la même façon, s’avance pour bénir les cendres posées dans un récipient sur l’autel. Et d’abord, le Chœur chante :
Antiphona. Ps. 68, 17.
Exáudi nos, Dómine, quóniam benígna est misericórdia tua : secúndum multitúdinem miseratiónum tuárum réspice nos, Dómine.Exaucez-nous, Seigneur, car votre miséricorde est toute suave ; selon l’abondance de vos bontés regardez-nous, Seigneur.
Ps. ibid., 2.
Salvum me fac, Deus : quóniam intravérunt aquæ usque ad ánimam meam.Sauvez-moi, ô Dieu, car les eaux sont entrées jusqu’à mon âme.
V/.Glória Patri. Repetitur Exáudi nos.
¶ Deinde Sacerdos in cornu Epistolæ, non vertens se ad populum, manibus iunctis (quod servatur etiam in orationibus omnium benedictionum quoad manus iunctas) dicit :¶ Ensuite, le prêtre, du côté de l’Epître, sans se tourner vers le peuple, les mains jointes dit :
V/. Dóminus vobíscum.Le Seigneur soit avec vous.
R/. Et cum spíritu tuo.Et avec votre esprit.
Orémus. OratioPrions.
Omnípotens sempitérne Deus, parce pæniténtibus, propitiáre supplicántibus : et míttere dignéris sanctum Angelum tuum de cælis, qui bene+ dícat et sanctíficet hos cíneres, ut sint remédium salúbre ómnibus nomen sanctum tuum humilíter implorántibus, ac semetípsos pro consciéntia delictórum suórum accusántibus, ante conspéctum divínæ cleméntiæ tuæ facínora sua deplorántibus, vel sereníssimam pietátem tuam supplíciter obnixéque flagitántibus : et præsta per invocatiónem sanctíssimi nóminis tui ; ut, quicúmque per eos aspérsi fúerint, pro redemptióne peccatórum suórum, córporis sanitátem et ánimæ tutélam percípiant. Per Christum, Dóminum nostrum. V/. Amen.Dieu tout-puissant et éternel, pardonnez à ceux qui font pénitence, montrez-vous propice à ceux qui vous supplient ; et daignez envoyer du ciel votre saint Ange afin qu’il bénisse et sanctifie ces cendres, en sorte qu’elles soient un remède salutaire pour tous ceux qui implorent humblement votre saint nom et qui, parce qu’ils ont conscience de leurs fautes, s’accusent eux-mêmes, déplorant en présence de votre divine clémence leurs actes coupables ou sollicitant avec insistance et supplications votre très douce miséricorde. Faites qu’en raison de l’invocation de votre très saint nom, tous ceux sur qui ces cendres auront été répandues pour la rémission de leurs péchés, reçoivent la santé du corps et obtiennent pour leur âme votre protection.
Orémus. OratioPrions.
Deus, qui non mortem, sed pæniténtiam desíderas peccatórum : fragilitátem condiciónis humánæ benigníssime réspice ; et hos cíneres, quos, causa proferéndæ humilitátis atque promeréndæ véniæ, capítibus nostris impóni decérnimus, bene + dícere pro tua pietáte dignáre : ut, qui nos cínerem esse, et ob pravitátis nostræ deméritum in púlverem reversúros cognóscimus ; peccatórum ómnium véniam, et prǽmia pæniténtibus repromíssa, misericórditer cónsequi mereámur. Per Christum, Dóminum nostrum. V/. Amen.O Dieu, qui ne voulez pas la mort des pécheurs mais leur pénitence, considérez avec la plus grande bonté la fragilité de la nature humaine ; et daignez, selon votre miséricorde, bénir ces cendres que nous avons résolu de déposer sur nos têtes comme une marque d’humiliation et pour obtenir le pardon, afin que, reconnaissant que nous ne sommes que poussière, à cause de nos iniquités, nous méritions d’obtenir de votre miséricorde la rémission de tous nos péchés et les récompenses promises à ceux qui auront fait pénitence.
Orémus. OratioPrions.
Deus, qui humiliatióne flécteris, et satisfactióne placáris : aurem tuæ pietátis inclína précibus nostris ; et capítibus servórum tuórum, horum cínerum aspersióne contáctis, effúnde propítius grátiam tuæ benedictiónis : ut eos et spíritu compunctiónis répleas et, quæ iuste postuláverint, efficáciter tríbuas ; et concéssa perpétuo stabilíta et intácta manére decérnas. Per Christum, Dóminum nostrum. V/. Amen.O Dieu, qui vous laissez fléchir par l’humiliation et apaiser par la réparation, inclinez favorablement votre oreille à nos prières, et répandez la grâce de votre bénédiction sur vos serviteurs dont les têtes auront été touchées par l’aspersion de ces cendres, en sorte que vous les remplissiez de l’esprit de componction, et que vous leur accordiez l’effet de ce q’ils auront justement demandé et qu’ils conservent perpétuellement stable et intact ce qu’ils ont reçu de votre main.
Orémus. OratioPrions.
Omnípotens sempitérne Deus, qui Ninivítis, in cínere et cilício pæniténtibus, indulgéntiæ tuæ remédia præstitísti : concéde propítius ; ut sic eos imitémur hábitu, quaténus véniæ prosequámur obténtu. Per Dóminum.Dieu tout-puissant et éternel, qui avez en votre indulgence porté remède aux maux des Ninivites faisant pénitence sous la cendre et le cilice ; accordez-nous avec bonté de les imiter de telle manière en leur conversion, que nous parvenions à obtenir votre pardon.
¶ Postea Celebrans, imposito incenso in thuribulo, ter aspergit cineres aqua benedícta, dicendo Antiphonam Aspérges, sine cantu et sine Psalmo, et ter adolet incenso.¶ Ensuite, le célébrant, après avoir imposé l’encens dans l’encensoir, asperge trois fois d’eau bénite les cendres, en disant l’antienne Asperges, sans chant ni psaume, et les encense trois fois.
Deinde dignior Sacerdos ex Clero accedens ad Altare, imponit cineres Celebranti non genuflexo. Si vero non adsit alius Sacerdos, ipsemet Celebrans, genibus flexis coram Altari, sibi ipsi cineres imponit in capite, nihil dicens, et cantatur statim a choro :Ensuite, le plus digne des prêtres du clergé monte à l’autel, impose les cendres au célébrant debout. S’il n’y a pas d’autre prêtre, le célébrant lui-même, à genoux devant l’autel, s’impose lui-même les cendres sur la tête, sans rine dire, et aussitôt, le chœur chante :
Antiphona. Iœl. 2, 13.Antienne.
Immutémur hábitu, in cínere et cilício : ieiunémus, et plorémus ante Dóminum : quia multum miséricors est dimíttere peccáta nostra Deus noster.Changeons de vêtements, couvrons-nous de cendre et du cilice, jeûnons et pleurons devant le Seigneur ; car notre Dieu tout miséricordieux est prêt à nous remettre nos péchés.
Alia Antiph. Ibid., 17.Antienne.
Inter vestíbulum et altáre plorábunt sacerdótes minístri Dómini, et dicent : Parce, Dómine, parce pópulo tuo : et ne claudas ora canéntium te, Dómine.Que les prêtres et les ministres du Seigneur pleurent entre le vestibule et l’autel et qu’il disent : Epargnez, Seigneur, épargnez votre peuple et ne fermez pas la bouche de ceux qui chantent vos louanges, ô Seigneur.
Sequitur Responsorium :On enchaîne le répons
Responsorium. Esther 13 ; Iœl. 2.Répons.
Emendémus in mélius, quæ ignoránter peccávimus : ne, subito præoccupáti die mortis, quærámus spátium pæniténtiæ, et inveníre non póssimus. Atténde, Dómine, et miserére : quia peccávimus tibi.Supprimons par nos progrès dans le bien les fautes dont nous nous sommes rendus coupables par ignorance, de crainte que surpris soudainement le jour de la mort, nous ne cherchions le temps de faire pénitence et ne puissions le trouver. Prêtez attention, Seigneur, et ayez pitié, parce que nous avons péché contre vous.
V/. Ps. 78, 9.Adiuva nos, Deus, salutáris noster : et propter honórem nóminis tui, Dómine, líbera nos. Atténde, Dómine.Aidez-nous, ô Dieu, notre sauveur, et pour l’honneur de votre nom, délivrez-nous, Seigneur.
V/.Glória Patri. Atténde, Dómine.Gloire au Père. Prêtez attention, Seigneur.
¶ Sacerdos vero, dum cantantur Antiphonæ et Responsorium, detecto capite, primo imponit cineres digniori Sacerdoti, a quo ipse accepit, deinde Ministris paratis, genibus flexis coram Altari, dicens :¶ Pendant qu’on chante les antiennes et le répons, le prêtre, la tête découverte, impose d’abord les cendres au plus digne des prêtres, qui les lui avait imposées, ensuite aux ministres parés, à genoux devant l’autel, en disant :

Souviens-toi, ô homme, que tu es poussière et que tu retourneras en poussière.

Genesis 3, 19. Memento, homo, quia pulvis es, et in púlverem revertéris.Souviens-toi, ô homme, que tu es poussière et que tu retourneras en poussière.
¶ Postea veniunt alii, primo Clerus per ordinem, deinde populus : et genibus flexis ante Altare, singulatim recipiunt cinerem a Sacerdote, ut dictum est de Ministris. Completa cinerum impositione, Sacerdos dicit :¶ Ensuite viennent les autres : d’avord le clergé par ordre, ensuite le peuple, et à genoux devant l’autel, ils reçoivent chacun les cendres du prêtres, comme on l’a dit des ministres. Une fois terminée l’imposition des cendres, le prêtre dit :
V/. Dóminus vobíscum.Le Seigneur soit avec vous.
R/. Et cum spíritu tuo.Et avec votre esprit.
Orémus. OratioPrions.
Concéde nobis, Dómine, præsídia milítiæ christiánæ sanctis inchoáre ieiúniis : ut, contra spiritáles nequítias pugnatúri, continéntiæ muniámur auxíliis. Per Christum, Dóminum nostrum.Accordez-nous, Seigneur, d’entrer par de saints jeûnes dans les rangs de la milice chrétienne, de sorte qu’ayant à lutter contre les esprits mauvais, nous soyons munis des secours que procure l’abstinence.
¶ Deinde dicitur Missa.
Textes de la Messe
Ad MissamMesse
Ant. ad Introitum. Sap, 11, 24, 25 et 27.Introït
Miseréris ómnium, Dómine, et nihil odísti eórum quæ fecísti, dissímulans peccáta hóminum propter pæniténtiam et parcens illis : quia tu es Dóminus, Deus noster.Vous avez pitié de tous, Seigneur, et vous ne haïssez rien de tout ce que vous avez fait, et vous dissimulez les péchés des hommes à cause du repentir et vous leur pardonnez, car vous êtes le Seigneur notre Dieu.
Ps. 56, 2.
Miserére mei, Deus, miserére mei : quóniam in te confídit ánima mea.Ayez pitié de moi, ô Dieu, ayez pitié de moi, car mon âme a confiance en vous.
V/.Glória Patri.
Oratio.Collecte
Præsta, Dómine, fidélibus tuis : ut ieiuniórum veneránda sollémnia, et cóngrua pietáte suscípiant, et secúra devotióne percúrrant. Per Dóminum.Accordez, Seigneur, à vos fidèles, d’entreprendre avec la piété convenable, la pratique de ces jeûnes vénérables et solennels et d’en parcourir la carrière avec une dévotion que rien ne puisse troubler.
Léctio Ioélis Prophétæ.Lecture du prophète Joël.
Iœl. 2, 12-19.
Hæc dicit Dóminus : Convertímini ad me in toto corde vestro, in ieiúnio, et in fletu, et in planctu. Et scíndite corda vestra, et non vestiménta vestra, et convertímini ad Dóminum, Deum vestrum : quia benígnus et miséricors est, pátiens, et multæ misericórdiæ, et præstábilis super malítia. Quis scit, si convertátur, et ignóscat, et relínquat post se benedictiónem, sacrifícium et libámen Dómino, Deo vestro ? Cánite tuba in Sion, sanctificáte ieiúnium, vocáte cœtum, congregáte pópulum, sanctificáte ecclésiam, coadunáte senes, congregáte parvulos et sugéntes úbera : egrediátur sponsus de cubíli suo, et sponsa de thálamo suo. Inter vestíbulum et altare plorábunt sacerdótes minístri Dómini, et dicent : Parce, Dómine, parce pópulo tuo : et ne des hereditátem tuam in oppróbrium, ut dominéntur eis natiónes. Quare dicunt in pópulis : Ubi est Deus eórum ? Zelátus est Dóminus terram suam, et pepércit pópulo suo. Et respóndit Dóminus, et dixit populo suo : Ecce, ego mittam vobis fruméntum et vinum et óleum, et replebímini eis : et non dabo vos ultra oppróbrium in géntibus : dicit Dóminus omnípotens.Voici ce que dit le Seigneur : revenez à moi de tout votre coeur, avec des jeûnes avec des larmes et des lamentations. Déchirez vos coeurs, et non vos vêtements, et revenez au Seigneur, votre Dieu ; car il est miséricordieux et compatissant, lent à la colère et riche en bonté, et il s’afflige du mal qu’il envoie. Qui sait s’il ne reviendra pas et ne se repentira pas, et s’il ne laissera pas après lui une bénédiction, l’offrande et la libation pour le Seigneur, notre Dieu ? Sonnez de la trompette en Sion, publiez un jeûne, convoquez une assemblée. Assemblez le peuple, publiez une sainte réunion, rassemblez les vieillards, réunissez les enfants et les nourrissons à la mamelle. Que le nouvel époux quitte sa chambre, et l’épouse son pavillon. Qu’entre le portique et l’autel, les prêtres, ministres du Seigneur, pleurent, et qu’ils disent : « Seigneur, épargnez votre peuple, et ne livrez pas votre héritage à l’opprobre, pour être l’objet des moqueries des nations. Pourquoi dirait-on parmi les peuples Où est leur Dieu ? » Le Seigneur a été ému de jalousie pour son pays, et il a eu pitié de son peuple. Le Seigneur a répondu et dit à son peuple : Voici que je vais vous envoyer le blé, le vin nouveau et l’huile, et vous en serez rassasiés et je ne ferai plus de vous un sujet d’opprobre parmi les nations. C’est ce que dit le Seigneur tout-puissant.
Graduale. Ps. 56, 2 et 4.Graduel
Miserére mei, Deus, miserére mei : quóniam in te confídit ánima mea.Ayez pitié de moi, ô Dieu, ayez pitié de moi, car mon âme a confiance en vous.
V/. Misit de cælo, et liberávit me, dedit in oppróbrium conculcántes me.Il a envoyé du ciel son secours et il m’a délivré ; il a couvert d’opprobre ceux qui me foulaient aux pieds.
Sequens Tractus dicitur in Missis de Feria II, IV et VI usque ad Feriam IV Maioris Hebdomadæ inclusive, præterquam Feria IV Quatuor Temporum.Le Trait suivant est dit aux messes des lundis, mercredis et vendredis jusqu’au mercredi de la Semaine Sainte inclu sauf au mercredi des Quatre-Temps
Tractus. Ps. 102, 10.
Dómine, non secúndum peccáta nostra, quæ fécimus nos : neque secúndum iniquitátes nostras retríbuas nobis.Seigneur, ne nous traitez pas selon nos péchés, et ne nous punissez pas selon nos iniquités.
V/.Ps. 78, 8-9. Dómine, ne memíneris iniquitátum nostrarum antiquarum : cito antícipent nos misericórdiæ tuæ, quia páuperes facti sumus nimis.Seigneur, ne vous souvenez plus de nos anciennes iniquités ; que vos miséricordes viennent en hâte au-devant de nous, car nous sommes réduits à la dernière misère.
(Hic genuflectitur) V/. Adiuva nos, Deus, salutáris noster : et propter glóriam nóminis tui, Dómine, libera nos : et propítius esto peccátis nostris, propter nomen tuum.Aidez-nous, ô Dieu notre Sauveur, et pour la gloire de votre nom, Seigneur, délivrez-nous et pardonnez-nous nos péchés, à cause de votre nom.
+ Sequéntia sancti Evangélii secundum Matthǽum.Lecture du Saint Evangile selon saint Mathieu.
Matth. 6, 16-21.
In illo témpore : Dixit Iesus discípulis suis : Cum ieiunátis, nolíte fíeri, sicut hypócritæ, tristes. Extérminant enim fácies suas, ut appáreant homínibus ieiunántes. Amen, dico vobis, quia recepérunt mercédem suam. Tu autem, cum ieiúnas, unge caput tuum, et fáciem tuam lava, ne videáris homínibus ieiúnans, sed Patri tuo, qui est in abscóndito : et Pater tuus, qui videt in abscóndito, reddet tibi. Nolíte thesaurizáre vobis thesáuros in terra : ubi ærúgo et tínea demólitur : et ubi fures effódiunt et furántur. Thesaurizáte autem vobis thesáuros in cælo : ubi neque ærúgo neque tínea demólitur ; et ubi fures non effódiunt nec furántur. Ubi enim est thesáurus tuus, ibi est et cor tuum.En ce temps-là, Jésus dit à ses disciples : lorsque vous jeûnez, ne prenez pas un air sombre, comme les hypocrites, qui exténuent leur visage, pour faire paraître aux hommes qu’ils jeûnent ; en vérité, je vous le dis, ils ont reçu leur récompense. Pour toi, quand tu jeûnes, parfume ta tête et lave ton visage, afin qu’il ne paraisse pas aux hommes que tu jeûnes, mais à ton Père qui est présent dans le secret ; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra. Ne vous amassez pas des trésors sur la terre, où les voleurs percent les murs et dérobent. Mais amassez-vous des trésors dans le ciel, où ni la teigne ni les vers ne consument, et où les voleurs ne percent pas les murs ni ne dérobent. Car là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur.
Ant. ad Offertorium. Ps. 29,2-3.Offertoire
Exaltábo te, Dómine, quóniam suscepísti me, nec delectásti inimícos meos super me : Dómine, clamávi ad te, et sanásti me.Je vous exalterai, Seigneur, parce que vous m’avez relevé et que vous n’avez pas réjoui mes ennemis à mon sujet. Seigneur, j’ai crié vers vous et vous m’avez guéri.
Secreta.Secrète
Fac nos, quǽsumus, Dómine, his munéribus offeréndis conveniénter aptári : quibus ipsíus venerábilis sacraménti celebrámus exórdium. Per Dóminum.Nous vous en supplions, Seigneur, faites que nous soyons préparés comme il convient à vous offrir ces dons avec lesquels nous célébrons l’institution de ce vénérable sacrement.
Præfatio de Quadragesima ; quæ dicitur usque ad Sábbatum ante Dominicam Passionis inclusive, iuxta Rubricas..Préface du Carême jusqu’au samedi avant le dimanche de la Passion inclus, selon les rubriques.
Ant. ad Communionem. Ps. 1, 2 et 3.Communion
Qui meditábitur in lege Dómini die ac nocte, dabit fructum suum in témpore suo.Celui qui médite jour et nuit la loi du Seigneur donnera du fruit en son temps.
Postcommunio.Postcommunion
Percépta nobis, Dómine, prǽbeant sacraménta subsídium : ut tibi grata sint nostra ieiúnia, et nobis profíciant ad medélam. Per Dóminum nostrum.Que les sacrements que nous avons reçus nous donnent, Seigneur, le secours, afin que nos jeûnes vous soient agréables, et servent à notre guérison.
¶ Deinde Sacerdos absolute dicit : Orémus. Et Diaconus (si in officio Diaconatus serviat) versus ad populum, iunctis manibus, dicit : Humiliáte cápita vestra Deo.Alioquin ipse Sacerdos, stans in eodem loco ante librum, et non vertens se ad populum.¶ Ensuite le prêtre dit : Prions.Et le diacre (s’il accomplit son office) tourné vers le peuple, les mains jointes, dit : Humiliez vos têtes devant Dieu. Autrement, c’est le prêtre lui-même, debout au même endroit devant le livre et sans se tourner vers le peuple qui le dit.
Oratio.
Inclinántes se, Dómine, maiestáti tuæ, propitiátus inténde : ut, qui divíno múnere sunt refécti, cæléstibus semper nutriántur auxíliis. Per Dóminum.Jetez un regard favorable, ô Seigneur, sur ceux qui s’inclinent devant votre majesté, afin que ceux qui ont été nourris de vos dons divins soient toujours soutenus par les secours célestes.

AJOUTEZ VOTRE COURRIEL POUR RECEVOIR NOS ACTUALITÉS

Catholiques de France

Catholiques de France

Ce site a pour ambition de défendre le magistère et la Foi Catholique dans son intégralité et sans concession, dans un esprit de foi et de charité. Notre devise : Pour sauver la France éternelle conservons la Foi de nos pères.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.