Analyse de « Mgr » Vigano sur le crise Russo-Ukrenienne

DÉCLARATION de Mgr Carlo Maria Viganò, archevêque, Ancien Nonce Apostolique aux États-Unis d’Amérique sur la crise Russie-Ukraine


Rien n’est perdu avec la paix. Tout peut être perdu avec la guerre. Laissez les hommes revenir à la compréhension. Qu’ils reprennent les négociations. Négocier avec bonne volonté et dans le respect des droits de chacun, qu’ils se rendent compte qu’un succès honorable n’est jamais exclu lorsqu’il y a des négociations sincères et actives. Et ils se sentiront grands – d’une vraie grandeur – s’ils imposent le silence aux voix de la passion, qu’elles soient collectives ou privées, et laissent la raison à son domaine propre, ils épargneront à leurs frères l’effusion de sang et à leur patrie la ruine.


C’est ainsi que le 24 août 1939, Pie XII s’est adressé aux gouvernants et aux peuples alors que la guerre était imminente. Il ne s’agissait pas de paroles de pacifisme vide, ni d’un silence complice sur les multiples violations de la justice qui se produisaient dans de nombreux milieux. Dans ce message radiophonique, que certains se souviennent encore avoir entendu, l’appel du Pontife romain invoquait le « respect des droits de l’autre » comme condition préalable à des négociations de paix fructueuses.


La narration médiatique.

Si l’on regarde ce qui se passe en Ukraine, sans se laisser tromper par les falsifications grossières des grands médias, on se rend compte que le respect des droits de l’autre a été complètement ignoré ; en effet, on a l’impression que l’administration Biden, l’OTAN et l’Union européenne veulent délibérément maintenir une situation de déséquilibre évident, précisément pour rendre impossible toute tentative de résolution pacifique de la crise ukrainienne, en provoquant la Fédération de Russie à déclencher un conflit. C’est là que réside la gravité du problème. C’est le piège tendu à la Russie et à l’Ukraine, qui les utilise toutes deux pour permettre à l’élite mondialiste de réaliser son plan criminel.


Il ne faut pas s’étonner que le pluralisme et la liberté d’expression, tant vantés dans les pays qui se prétendent démocratiques, soient quotidiennement désavoués par la censure et l’intolérance à l’égard des opinions non alignées sur le récit officiel. Les manipulations de ce genre sont devenues la norme pendant la soi-disant pandémie, au détriment des médecins, des scientifiques et des journalistes dissidents, qui ont été discrédités et ostracisés pour le simple fait d’avoir osé remettre en question l’efficacité des sérums expérimentaux. Deux ans plus tard, la vérité sur les effets indésirables et la gestion malheureuse de l’urgence sanitaire leur a donné raison, mais cette vérité est obstinément ignorée car elle ne correspond pas à ce que le système voulait et veut encore aujourd’hui.


Nous devrions nous demander pourquoi, dans la situation actuelle, les médias mondiaux devraient soudainement redécouvrir cette honnêteté intellectuelle et ce respect du code de déontologie largement reniés avec le Covid.


Mais si cette fraude colossale a été soutenue et diffusée par les médias, il faut reconnaître que les institutions sanitaires nationales et internationales, les gouvernements, les magistrats, les forces de l’ordre et la hiérarchie catholique elle-même partagent tous la responsabilité du désastre – chacun dans sa propre sphère en soutenant activement ou en ne s’opposant pas au récit – un désastre qui a affecté des milliards de personnes dans leur santé, leurs biens, l’exercice de leurs droits individuels et même leur vie. Même dans ce cas, il est difficile d’imaginer que ceux qui se sont rendus coupables de tels crimes en soutenant une pandémie voulue et malicieusement amplifiée puissent soudainement avoir un sursaut de dignité et montrer de la sollicitude pour leurs citoyens et leur patrie lorsqu’une guerre menace leur sécurité et leur économie.


Ce sont là, bien sûr, les réflexions prudentes de ceux qui veulent rester neutres et regarder avec détachement et presque désintérêt ce qui se passe autour d’eux. Mais si nous approfondissons notre connaissance des faits et les documentons, en nous appuyant sur des sources autorisées et objectives, nous découvrons que les doutes et les perplexités se transforment rapidement en certitudes troublantes.Même si nous voulons limiter notre enquête à l’aspect économique, nous comprenons que les agences de presse, la politique et les institutions publiques elles-mêmes dépendent d’un petit nombre de groupes financiers appartenant à une oligarchie qui, de manière significative, est unie non seulement par l’argent et le pouvoir, mais aussi par l’affiliation idéologique qui guide son action et son ingérence dans la politique des nations et du monde entier.Cette oligarchie montre ses tentacules dans l’ONU, l’OTAN, le Forum économique mondial, l’Union européenne et dans des institutions « philanthropiques » comme l’Open Society de George Soros et la Fondation Bill et Melinda Gates.


La vérité, si vous voulez la connaître, nous permet de voir les choses différemment et de juger les faits pour ce qu’ils sont et non pour la façon dont ils nous sont présentés.


Toutes ces entités sont privées et n’ont de comptes à rendre à personne d’autre qu’à elles-mêmes, et en même temps elles ont le pouvoir d’influencer les gouvernements nationaux, y compris par l’intermédiaire de leurs propres représentants que l’on fait élire ou nommer à des postes clés. Ils l’admettent eux-mêmes, lorsqu’ils sont reçus avec tous les honneurs par les chefs d’État et les dirigeants mondiaux, à commencer par le Premier ministre italien Mario Draghi, respecté et craint par ces dirigeants comme les véritables maîtres du destin du monde. Ainsi, ceux qui détiennent le pouvoir au nom du « peuple » se retrouvent à piétiner la volonté du peuple et à restreindre ses droits, afin d’obéir comme des courtisans à des maîtres que personne n’a élus mais qui dictent néanmoins leur agenda politique et économique aux nations.


Nous en arrivons alors à la crise ukrainienne, qui nous est présentée comme une conséquence de l’arrogance expansionniste de Vladimir Poutine envers une nation indépendante et démocratique sur laquelle il tente de revendiquer des droits absurdes. Le « belliciste Poutine » massacrerait la population sans défense, qui s’est courageusement levée pour défendre le sol de sa patrie, les frontières sacrées de sa nation et les libertés bafouées des citoyens. L’Union européenne et les États-Unis, « défenseurs de la démocratie », seraient donc incapables de ne pas intervenir par le biais de l’OTAN pour restaurer l’autonomie de l’Ukraine, chasser l' »envahisseur » et garantir la paix. Face à « l’arrogance du tyran », les peuples du monde devraient faire front commun, en imposant des sanctions à la Fédération de Russie et en envoyant des soldats, des armes et une aide économique au « pauvre » président Zelensky, « héros national » et « défenseur » de son peuple.

Comme preuve de la « violence » de Poutine, les médias diffusent des images de bombardements, de perquisitions militaires et de destructions, en attribuant la responsabilité à la Russie. Et ce n’est pas tout : précisément pour garantir une « paix durable », l’Union européenne et l’OTAN ouvrent grand leurs bras pour accueillir l’Ukraine en leur sein.

Et pour empêcher la « propagande soviétique », l’Europe occulte désormais Russia Today et Sputnik, afin de garantir que l’information soit « libre et indépendante. »


C’est le récit officiel, auquel tout le monde se conforme. Comme nous sommes en guerre, la dissidence devient immédiatement une désertion, et les dissidents sont coupables de trahison et méritent des sanctions plus ou moins graves, à commencer par l’exécration publique et l’ostracisme, bien connu du Covid contre ceux qui sont « non-vaxxés ».


La vérité, si l’on veut la connaître, permet de voir les choses autrement et de juger les faits pour ce qu’ils sont et non pour la manière dont ils nous sont présentés. C’est un dévoilement véritable et propre, comme l’indique l’étymologie du mot grec ἀλήθεια. Ou peut-être, avec un regard eschatologique, une révélation, une ἀποκάλυψις.


Comme on le voit, l’OTAN n’a pas tenu ses engagements envers la Russie, ou du moins a forcé la situation à un moment très délicat pour les équilibres géopolitiques.


L’expansion de l’OTAN

Tout d’abord, il est nécessaire de rappeler les faits, qui ne mentent pas et ne sont pas susceptibles d’être modifiés. Et les faits, aussi irritants qu’ils soient à rappeler pour ceux qui tentent de les censurer, nous disent que depuis la chute du mur de Berlin, les États-Unis ont étendu leur sphère d’influence politique et militaire à presque tous les États satellites de l’ancienne Union soviétique, et même récemment, en annexant à l’OTAN la Pologne, la République tchèque et la Hongrie (1999) ; l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie, la Slovénie, la Slovaquie, la Bulgarie et la Roumanie (2004) ; l’Albanie et la Croatie (2009) ; le Monténégro (2017) ; et la Macédoine du Nord (2020). L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord se prépare à s’étendre à l’Ukraine, à la Géorgie, à la Bosnie-Herzégovine et à la Serbie. Concrètement, la Fédération de Russie est menacée militairement – par des armes et des bases de missiles – à quelques kilomètres seulement de ses frontières, alors qu’elle ne dispose d’aucune base militaire à une proximité similaire à celle des États-Unis.


Envisager une éventuelle expansion de l’OTAN en Ukraine, sans penser qu’elle suscitera les protestations légitimes de la Russie, n’est rien moins que surprenant, d’autant qu’en 1991, l’OTAN s’est engagée auprès du Kremlin à ne pas s’étendre davantage. Et ce n’est pas tout : fin 2021, Der Spiegel a publié des projets de traité avec les États-Unis et d’accord avec l’OTAN sur les garanties de sécurité (ici, ici et ici). Moscou a exigé de ses partenaires occidentaux des garanties juridiques qui empêcheraient l’OTAN de poursuivre son expansion vers l’est en ajoutant l’Ukraine à l’alliance et aussi d’établir des bases militaires dans les pays post-soviétiques. Les propositions contenaient également une clause sur le non-déploiement d’armes offensives par l’OTAN près des frontières de la Russie et sur le retrait des forces de l’OTAN en Europe de l’Est vers leurs positions de 1997.


Comme on peut le constater, l’OTAN n’a pas tenu ses engagements envers la Russie, ou du moins a forcé la situation à un moment très délicat pour les équilibres géopolitiques. Nous devons nous demander pourquoi les États-Unis – ou plutôt l’État profond américain qui a repris le pouvoir après la fraude électorale qui a porté Joe Biden à la Maison Blanche – veulent créer des tensions avec la Russie et impliquer ses partenaires européens dans le conflit, avec toutes les conséquences que l’on peut imaginer.
Comme l’a lucidement observé le général Marco Bertolini, ancien commandant du commandement opérationnel du sommet interarmées : « Les États-Unis ne se sont pas contentés de gagner la guerre froide, ils ont également voulu humilier la Russie en prenant tout ce qui, d’une certaine manière, relevait de leur zone d’influence. Poutine a dû faire face aux pays baltes, à la Pologne, à la Roumanie et à la Bulgarie qui ont rejoint l’OTAN. Face à l’Ukraine rejoignant l’OTAN, qui lui aurait enlevé toute possibilité d’accès à la mer Noire, il a réagi » (ici). Et il ajoute : « Il y a un problème de stabilité du régime, une situation s’est créée avec un premier ministre assez improbable Zelensky, qui vient du monde du spectacle. » Le général ne manque pas de rappeler, en cas d’attaque américaine contre la Russie, que « les Global Hawks qui survolent l’Ukraine partent de Sigonella (Italie) ; l’Italie est une base militaire américaine en grande partie. Le risque est là, il est présent et réel » (ici).


Intérêts découlant du blocage de l’approvisionnement en gaz russe

Il faut également se demander si, derrière la déstabilisation de l’équilibre délicat entre l’Union européenne et la Russie, il n’y a pas aussi des intérêts économiques, découlant de la nécessité pour les pays de l’UE de s’approvisionner en gaz liquide américain (pour lequel il faut aussi les installations de regazéification dont de nombreuses nations sont privées, et pour lequel il faudra de toute façon payer beaucoup plus) au lieu du gaz russe (plus écologique).


La décision de la société pétrolière et gazière italienne ENI de suspendre ses investissements dans le gazoduc Blue Stream de Gazprom (de la Russie à la Turquie) entraîne également la privation d’une source d’approvisionnement supplémentaire, puisqu’elle alimente le gazoduc transatlantique (de la Turquie à l’Italie).


Cela ne ressemble donc pas à une coïncidence si, en août 2021, Zelensky a déclaré qu’il considérait le gazoduc Nord Stream 2 entre la Russie et l’Allemagne comme « une arme dangereuse, non seulement pour l’Ukraine mais pour toute l’Europe » (ici) : contournant l’Ukraine, il prive Kiev d’environ un milliard d’euros par an de revenus provenant des tarifs de transit. « Nous voyons ce projet exclusivement à travers le prisme de la sécurité et le considérons comme une arme géopolitique dangereuse du Kremlin » »Le président ukrainien a déclaré qu’il partageait l’avis de l’administration Biden. La sous-secrétaire d’État américaine Victoria Nuland a déclaré : « Si la Russie envahit l’Ukraine, Nord Stream 2 n’ira pas de l’avant. » Et c’est ce qui s’est passé, non sans de graves dommages économiques pour les investissements allemands.


Les laboratoires virologiques du Pentagone en Ukraine

Toujours au sujet des intérêts américains en Ukraine, il convient de mentionner les laboratoires virologiques situés en Ukraine qui sont sous le contrôle du Pentagone et où il semble que seuls les spécialistes américains bénéficiant de l’immunité diplomatique soient employés directement par le ministère américain de la défense.


Rappelons également la plainte déposée par Poutine concernant la collecte de données génomiques sur la population, qui peuvent être utilisées pour des armes bactériologiques à sélection génétique (ici, ici et ici). Les informations sur l’activité des laboratoires en Ukraine sont évidemment difficiles à confirmer, mais on comprend que la Fédération de Russie ait considéré, non sans raison, que ces laboratoires pouvaient constituer une menace bactériologique supplémentaire pour la sécurité de la population.  L’ambassade des Etats-Unis a retiré de son site web (ici) tous les dossiers relatifs au programme de réduction des menaces biologiques.


Maurizio Blondet écrit : « L’événement 201, qui simulait l’explosion de la pandémie un an avant qu’elle ne se produise, a vu la participation (avec les habitués, Bill et Melinda) de l’Université John Hopkins, apparemment inoffensive, avec son bienheureux Center for Health Security. L’institution humanitaire a longtemps porté un nom moins innocent : elle s’appelait Center for Civilian Biodefence Strategies et ne s’occupait pas de la santé des Américains, mais plutôt de son contraire : la réponse aux attaques militaires de bio-terrorisme. Il s’agissait pratiquement d’une organisation civilo-militaire.

Lorsqu’elle a tenu sa première conférence en février 1999 à Crystal City à Arlington [Virginie], où se trouve le Pentagone, elle a réuni 950 médecins, militaires, fonctionnaires fédéraux et responsables de la santé pour participer à un exercice de simulation. Le but de la simulation est de contrer une attaque imaginée de variole « militarisée ». Ce n’est que le premier des exercices qui fleuriront dans l’événement 201 et dans l’imposture pandémique » (ici).


Des expériences émergent également sur les militaires ukrainiens (ici) et des interventions de l’ambassade américaine concernant le procureur ukrainien Lutsenko en 2016 pour qu’il n’enquête pas sur « un tour de table milliardaire entre G. Soros et B. Obama » (ici).


Une menace indirecte pour les ambitions expansionnistes de la Chine sur Taïwan.

La crise ukrainienne actuelle entraîne des conséquences secondaires, mais non moins graves, sur l’équilibre géopolitique entre la Chine et Taïwan. La Russie et l’Ukraine sont les seuls producteurs de palladium et de néon, indispensables à la production de puces électroniques.


« Les éventuelles représailles de Moscou ont attiré davantage l’attention ces derniers jours après que le groupe d’études de marché Techcet a publié un rapport soulignant la dépendance de nombreux fabricants de semi-conducteurs à l’égard de matériaux d’origine russe et ukrainienne tels que le néon, le palladium et autres. Selon les estimations de Techcet, plus de 90 % des fournitures américaines de néon pour semi-conducteurs proviennent d’Ukraine, tandis que 35 % du palladium américain provient de Russie. (…) Selon la Commission américaine du commerce international, les prix du néon ont augmenté de 600 % avant l’annexion de la péninsule de Crimée par la Russie en 2014, parce que les entreprises de puces s’appuyaient sur certaines entreprises ukrainiennes  » (ici).


« S’il est vrai qu’une invasion chinoise de Formose mettrait en péril la chaîne d’approvisionnement technologique mondiale, il est également vrai qu’une pénurie soudaine de matières premières en provenance de Russie pourrait arrêter la production, de manière à faire perdre à l’île le « bouclier des micropuces » et à inciter Pékin à tenter l’annexion de Taipei. »


Le conflit d’intérêts des Biden en Ukraine

Une autre question que nous avons tendance à ne pas analyser en profondeur est celle liée à Burisma, une société pétrolière et gazière opérant sur le marché ukrainien depuis 2002. Rappelons que « pendant la présidence américaine de Barack Obama (de 2009 à 2017) son bras droit avec une « délégation » pour gérer la politique internationale était Joe Biden, et c’est depuis lors que la « protection » offerte par le leader démocrate américain a été accordée aux nationalistes ukrainiens, une ligne qui a créé le désaccord irréconciliable entre Kiev et Moscou. […] C’est Joe Biden qui, ces années-là, a mené la politique de rapprochement de l’Ukraine avec l’OTAN. Il voulait enlever à la Russie son pouvoir politique et économique. […] Ces dernières années, le nom de Joe Biden a également été associé à un scandale sur l’Ukraine qui avait également ébranlé sa candidature. (…)

C’est en avril 2014 que Burisma Holdings, la plus grande entreprise énergétique d’Ukraine (active à la fois dans le gaz et le pétrole), a engagé Hunter Biden comme consultant […] avec un salaire de 50 000 dollars par mois. Tout est transparent, sauf que pendant ces mois, Joe Biden a poursuivi la politique américaine visant à faire reprendre possession par l’Ukraine des zones du Donbass devenues des républiques reconnues par la Russie. La région de Donetsk serait riche en gisements de gaz inexplorés qui ont été ciblés par Burisma Holdings. Une politique internationale entremêlée à la politique économique qui a fait lever le nez des médias américains dans ces années-là » (ici).


Les démocrates ont affirmé que Trump avait créé un scandale médiatique pour nuire à la campagne de Joe Biden, mais ses accusations se sont avérées exactes. Joe Biden lui-même, lors d’une réunion au Rockefeller Council for Foreign Relations, a admis être intervenu auprès du président de l’époque, Petro Porochenko, et du Premier ministre, Arsenij Yatseniuk, pour empêcher les enquêtes menées sur son fils Hunter par le procureur général Viktor Shokin. Biden avait menacé « de retenir une garantie de prêt d’un milliard de dollars aux États-Unis lors d’un voyage à Kiev en décembre 2015 », rapporte le New York Post. (ici). « Si [le procureur général Shokin] n’est pas licencié, vous n’aurez pas l’argent » (ici).

Et le Procureur a effectivement été licencié, sauvant Hunter d’un nouveau scandale, après ceux qui l’impliquent.


L’ingérence de Biden dans la politique de Kiev, en échange de faveurs à la Birmanie et à des oligarques corrompus, confirme l’intérêt de l’actuel président américain à protéger sa famille et son image, en alimentant le désordre en Ukraine et même une guerre. Comment une personne qui utilise son rôle pour s’occuper de ses propres intérêts et couvrir les crimes des membres de sa famille peut-elle gouverner honnêtement et sans être soumise à un chantage ?


La question nucléaire ukrainienne

Enfin, il y a la question des armes nucléaires ukrainiennes. Le 19 février 2022, lors d’une conférence à Munich, Zelensky a annoncé son intention de mettre fin au Mémorandum de Budapest (1994), qui interdit à l’Ukraine de développer, proliférer et utiliser des armes atomiques. Parmi les autres clauses du Mémorandum, il y a aussi celle qui oblige la Russie, les États-Unis et le Royaume-Uni à s’abstenir d’utiliser la pression économique sur l’Ukraine pour influencer sa politique : la pression de l’Union européenne.


FMI et les États-Unis d’accorder une aide économique en échange de réformes conformes au Great Reset représentent une nouvelle violation de l’accord.


L’ambassadeur ukrainien à Berlin, Andriy Melnyk, a soutenu sur la radio Deutschlandfunk en 2021 que l’Ukraine devait retrouver son statut nucléaire si le pays ne parvenait pas à rejoindre l’OTAN. Les centrales nucléaires ukrainiennes sont exploitées, reconstruites et entretenues par l’entreprise publique NAEK Energoatom, qui a complètement mis fin à ses relations avec les entreprises russes entre 2018 et 2021. Ses principaux partenaires sont des entreprises dont l’origine remonte au gouvernement américain.

Il est facile de comprendre comment la Fédération de Russie considère la possibilité pour l’Ukraine d’acquérir des armes nucléaires comme une menace et exige l’adhésion de Kiev au pacte de non-prolifération.


La révolution de couleur en Ukraine et l’indépendance de la Crimée, de Donetsk et de Lougansk.

Autre fait. En 2013, après que le gouvernement du président Viktor Ianoukovitch a décidé de suspendre l’accord d’association entre l’Ukraine et l’Union européenne et de nouer des relations économiques plus étroites avec la Russie, une série de manifestations de protestation connue sous le nom d’Euromaïdan a commencé, qui a duré plusieurs mois et a abouti à la révolution qui a renversé Ianoukovitch et conduit à l’installation d’un nouveau gouvernement.

Il s’agissait d’une opération parrainée par George Soros, comme il l’a candidement déclaré à CNN : « J’ai une fondation en Ukraine depuis avant qu’elle ne devienne indépendante de la Russie ; cette fondation a toujours été en activité et a joué un rôle décisif dans les événements d’aujourd’hui » (ici, ici et ici). Ce changement de gouvernement a provoqué la réaction des partisans de Ianoukovitch et d’une partie de la population ukrainienne opposée au virage pro-occidental de l’Ukraine, qui n’avait pas été voulu par la population mais obtenu par une révolution de couleur, dont il y avait eu des répétitions générales les années précédentes en Géorgie, Moldavie et Biélorussie.


Après les affrontements du 2 mai 2014, dans lesquels sont également intervenues des franges paramilitaires nationalistes (dont celles du Pravyi Sektor), il y eut aussi le massacre d’Odessa. La presse occidentale a également parlé de ces terribles événements de manière scandalisée ; Amnesty International (ici) et l’ONU ont dénoncé ces crimes et documenté leur brutalité. Mais aucun tribunal international n’a engagé de procédure contre les responsables, comme on veut le faire aujourd’hui contre les crimes présumés de l’armée russe.


Parmi les nombreux accords non respectés, il y a aussi le protocole de Minsk, signé le 5 septembre 2014 par le Groupe de contact trilatéral sur l’Ukraine, composé de représentants de l’Ukraine, de la Russie, de la République populaire de Donetsk et de la République populaire de Lougansk. Parmi les points de l’accord figurait également le retrait des groupes armés illégaux, des équipements militaires, ainsi que des combattants et des mercenaires de la région de Donetsk territoire de l’Ukraine sous la supervision de l’OSCE et le désarmement de tous les groupes illégaux.

Contrairement à ce qui avait été convenu, les groupes paramilitaires néo-nazis sont non seulement reconnus officiellement par le gouvernement, mais leurs membres se voient même confier des missions officielles.


Pourquoi sommes-nous scandalisés aujourd’hui par une intervention russe en Ukraine, alors que l’OTAN a fait le même genre de choses en Yougoslavie (1991), au Kosovo (1999), en Afghanistan (2001), en Irak (2003), et en Libye et en Syrie (2011), sans que personne ne soulève d’objection ?

Toujours en 2014, la Crimée, Donetsk et Lougansk ont déclaré leur indépendance de l’Ukraine – au nom de l’autodétermination des peuples reconnue par la communauté internationale – et se sont déclarés annexés à la Fédération de Russie. Le gouvernement ukrainien refuse toujours de reconnaître l’indépendance de ces régions, sanctionnée par un référendum populaire, et laisse les milices néo-nazies et les forces militaires régulières elles-mêmes libres de sévir contre la population, puisqu’il considère ces entités comme des organisations terroristes. Il est vrai que les deux référendums du 2 novembre 2014 constituent un étirement du Protocole de Minsk, qui prévoyait seulement une décentralisation du pouvoir et une forme de statut spécial pour les régions de Donetsk et de Lougansk.


Comme le soulignait récemment le professeur Franco Cardini,  » le 15 février 2022, la Russie a remis aux États-Unis un projet de traité pour mettre fin à cette situation et défendre les populations russophones « . Du papier brouillon. Cette guerre a commencé en 2014 » (ici et ici). Et c’était une guerre dans les intentions de ceux qui voulaient combattre la minorité russe du Donbass : « Nous aurons un emploi et des pensions, et eux non. Nous recevrons des primes pour avoir des enfants, et eux non. Nos enfants auront des écoles et des jardins d’enfants ; leurs enfants resteront dans les sous-sols.

C’est ainsi que nous gagnerons cette guerre », a déclaré le président Petro Porochenko en 2015 (ici). Il n’échappera pas que ces mesures s’apparentent à la discrimination dont sont victimes les « non-vaxxés », privés de travail, de salaire et d’éducation. Huit ans de bombardements à Donetsk et Lougansk, avec des centaines de milliers de victimes, 150 enfants morts, et des cas très graves de torture, de viols, d’enlèvements et de discrimination (ici).


Il est consternant de voir avec quelle hypocrisie l’Union européenne et les États-Unis – Bruxelles et Washington – apportent leur soutien inconditionnel au président Zelensky, dont le gouvernement continue depuis huit ans à persécuter impunément les Ukrainiens russophones.


Le 18 février 2022, les présidents de Donetsk et de Lougansk, Denis Pushilin et Leonid Pasechnik, ont ordonné l’évacuation de la population civile de leurs provinces vers la Fédération de Russie en raison des affrontements en cours entre la milice populaire du Donbass et les forces armées ukrainiennes. Le 21 février, la Douma d’État (Chambre basse du Parlement russe) a ratifié à l’unanimité les traités d’amitié,la coopération et l’assistance mutuelle instaurées par le président Poutine avec les républiques populaires de Donetsk et de Lougansk. Dans le même temps, le président russe a ordonné l’envoi de troupes de la Fédération de Russie pour rétablir la paix dans la région du Donbass.


On peut ici se demander pourquoi, dans une situation de violation flagrante des droits de l’homme par des forces militaires et des appareils paramilitaires néonazis (qui arborent des drapeaux portant des croix gammées et affichent l’effigie d’Aldolf Hitler) contre la population russophone des républiques indépendantes, la communauté internationale se sent obligée de considérer l’intervention de la Fédération de Russie comme digne de condamnation, et même de rendre Poutine responsable de la violence. Où est passé le droit tant vanté du peuple à l’autodétermination, tenu pour valide le 24 août 1991 lors de la proclamation de l’indépendance de l’Ukraine et reconnu par la communauté internationale ?

Et pourquoi se scandalise-t-on aujourd’hui d’une intervention russe en Ukraine, alors que l’OTAN a fait la même chose en Yougoslavie (1991), au Kosovo (1999), en Afghanistan (2001), en Irak (2003), en Libye et en Syrie (2011), sans que personne ne s’y oppose ? Sans oublier qu’au cours des dix dernières années, Israël a frappé à plusieurs reprises des cibles militaires en Syrie, en Iran et au Liban pour empêcher la création d’un front armé hostile à sa frontière nord, et pourtant aucune nation n’a proposé d’imposer des sanctions à Tel Aviv.


Les médias grand public se gardent bien de montrer les images de soldats russes aidant les civils à rejoindre des positions sûres (ici et ici) ou organisant des couloirs humanitaires, sur lesquels les milices ukrainiennes tirent (ici et ici).


Tout comme ils passent également sous silence les règlements de compte, les massacres, les violences et les vols commis par des franges de la population civile, à qui Zelensky a donné des armes : les vidéos que l’on peut voir sur internet donnent une idée du climat de guerre civile savamment alimenté par le gouvernement ukrainien. A cela s’ajoutent les condamnés libérés pour être enrôlés dans l’armée et aussi les volontaires de la légion étrangère : une masse de fanatiques sans règles et sans formation qui contribuera à aggraver la situation, à la rendre ingérable.


Le président Volodymyr Oleksandrovych Zelensky


Comme l’ont fait remarquer de nombreux partis, la candidature et l’élection du président ukrainien Zelensky correspondent à ce cliché, inauguré ces dernières années, d’un acteur comique ou d’une personnalité du spectacle prêté à la politique. Ne croyez pas que l’absence d’un cursus honorum approprié soit un obstacle à l’ascension au sommet des institutions ; au contraire : plus une personne est apparemment étrangère au monde des partis politiques, plus on peut supposer que son succès est déterminé par ceux qui détiennent le pouvoir. Les performances de Zelensky en tant que travesti sont parfaitement cohérentes avec l’idéologie LGBTQqui est considérée par ses sponsors européens comme une exigence indispensable de l’agenda des « réformes » que chaque pays devrait adopter, au même titre que l’égalité des sexes, l’avortement et l’économie verte. Il n’est pas étonnant que Zelensky, membre du WEF (ici), ait pu bénéficier du soutien de Schwab et de ses alliés pour arriver au pouvoir et faire en sorte que la Grande Réinitialisation soit également menée en Ukraine.


La série télévisée de 57 épisodes que Zelensky a produite et dans laquelle il a joué, démontre que les médias ont planifié sa candidature à la présidence de l’Ukraine et sa campagne électorale. Dans la série de fiction Le serviteur du peuple, il jouait le rôle d’un professeur de lycée qui, de façon inattendue, est devenu président de la République et a lutté contre la corruption de la politique. Ce n’est pas un hasard si la série, absolument médiocre, a tout de même remporté le prix Remi du WorldFest (États-Unis, 2016), a figuré parmi les quatre premiers finalistes dans la catégorie des films comiques aux Seoul International Drama Awards (Corée du Sud) et a reçu le prix Intermedia Globe Silver dans la catégorie des séries télévisées de divertissement au World Media Film Festival de Hambourg.


L’engouement médiatique obtenu par Zelensky avec la série télévisée lui a apporté plus de 10 millions de followers sur Instagram et a créé les prémisses de la création du parti politique homonyme Serviteur du peuple, dont Ivan Bakanov, directeur général et actionnaire (avec Zelensky lui-même et l’oligarque Kolomoisky) du studio Kvartal 95, et propriétaire du réseau de télévision TV 1+1, est également membre. L’image de Zelensky est un produit artificiel, une fiction médiatique, une opération de manipulation du consensus qui a réussi à créer dans l’imaginaire collectif ukrainien le personnage politique qui, dans la réalité et non dans la fiction, a conquis le pouvoir.


« Un mois à peine avant les élections de 2019 qui l’ont vu gagner, Zelensky a vendu la société [Kvartal 95 Studio] à un ami, trouvant encore le moyen d’obtenir le produit de l’entreprise à laquelle il avait officiellement renoncé au profit de sa famille. Cet ami était Serhiy Shefir, qui a ensuite été nommé conseiller à la présidence. […] La vente des actions a eu lieu au profit de Maltex Multicapital Corp, une société appartenant à Shefir et enregistrée dans les îles Vierges britanniques » (ici).


L’actuel président ukrainien a fait la promotion de sa campagne électorale avec un spot publicitaire pour le moins dérangeant (ici), dans lequel, tenant deux mitrailleuses, il tire sur des députés, pointés du doigt comme corrompus ou inféodés à la Russie. La lutte contre la corruption claironnée par le président ukrainien dans le rôle de « serviteur du peuple » ne correspond cependant pas à l’image qui se dégage de lui à partir des « papiers Pandora », dans lesquels 40 millions de dollars semblent lui avoir été versés à la veille des élections par le milliardaire juif Kolomoisky[1] via des comptes offshore (ici, ici et ici). [2] Dans son pays, nombreux sont ceux qui l’accusent d’avoir pris le pouvoir aux oligarques pro-russes non pas pour le donner au peuple ukrainien, mais plutôt pour renforcer son propre groupe d’intérêt et éliminer par la même occasion ses adversaires politiques : « Il a liquidé les ministres de la vieille garde, en premier lieu le puissant ministre de l’Intérieur, Arsen Avakov. Il a brutalement mis à la retraite le président de la Cour constitutionnelle qui faisait office de contrôle de ses lois.

Il a fermé sept chaînes de télévision d’opposition. Il a arrêté et accusé de trahison Viktor Medvedcuk, un sympathisant pro-russe mais surtout le leader du parti Plateforme de l’opposition – Pour la vie, le deuxième parti du Parlement ukrainien après son parti Serviteur du peuple. Il fait également juger pour trahison l’ancien président Porochenko, qui se méfiait de tout le monde sauf de ceux qui s’entendaient avec les Russes ou leurs amis. Le maire de Kiev, le populaire ancien champion du monde de boxe Vitaly Klitchko, a déjà fait l’objet de plusieurs perquisitions et saisies. En bref, Zelensky semble vouloir faire table rase de tous ceux qui ne s’alignent pas sur sa politique » (ici).


Le 21 avril 2019, Zelensky a été élu président de l’Ukraine avec 73,22 % des voix, et le 20 mai, il a prêté serment. Le 22 mai 2019, il a nommé Ivan Bakanov, directeur général de Kvartal 95, comme premier chef adjoint des services de sécurité de l’Ukraine et chef de la direction principale de la lutte contre la corruption et le crime organisé de la direction centrale du service de sécurité de l’Ukraine. Aux côtés de Bakanov, il convient de mentionner Mykhailo Fedorov, vice-président et ministre de la Transformation numérique, membre du Forum économique mondial (ici). Zelensky lui-même a admis avoir comme source d’inspiration le Premier ministre du Canada Justin Trudeau (ici et ici).


D’autre part, à peine quatre mois plus tôt, Kristalina Georgieva avait lancé le Great Reset en compagnie de Klaus Schwab, du prince Charles et du secrétaire général de l’ONU António Guterres.


Les relations de Zelensky avec le FMI et le WEF

Comme l’a montré le tragique précédent de la Grèce, les souverainetés nationales et la volonté populaire exprimée par les parlements sont de facto effacées par les décisions de la haute finance internationale, qui interfère avec les politiques gouvernementales par le biais du chantage et de l’extorsion pure et simple de nature économique. Le cas de l’Ukraine, qui est l’un des pays les plus pauvres d’Europe, ne fait pas exception.


Peu après l’élection de Zelensky, le Fonds monétaire international a menacé de ne pas accorder à l’Ukraine un prêt de 5 milliards de dollars s’il ne se pliait pas à leurs exigences. Au cours d’une conversation téléphonique avec la directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva, l’Ukrainien le droit d’être informé. Comme on peut le constater, ce dont Poutine est accusé a en fait été réalisé par Zelensky et, plus récemment, par l’Union européenne, avec la complicité des plateformes de médias sociaux.  » La fermeture de diffuseurs de télévision est l’une des formes les plus extrêmes de restriction de la liberté de la presse », a déclaré le secrétaire général de la FEJ, Ricardo Gutierrez.  » Les nations ont l’obligation d’assurer un pluralisme effectif de l’information. Il est clair que le veto présidentiel n’est pas du tout en accord avec les normes internationales sur la liberté d’expression » (ici).


Il serait intéressant de connaître les déclarations de la Fédération européenne des journalistes et de la Fédération internationale des journalistes après le black-out de Russia Today et Sputnik en Europe.


Mouvements néo-nazis et extrémistes en Ukraine


Un pays qui fait appel à l’aide humanitaire de la communauté internationale pour défendre sa population contre l’agression russe devrait, dans l’imaginaire collectif, se distinguer par le respect des principes démocratiques et par une législation qui interdit les activités et la diffusion de la propagande des idéologies extrémistes.


Les mouvements néo-nazis engagés dans des actions militaires et paramilitaires opèrent librement en Ukraine, souvent avec le soutien officiel des institutions publiques. Il s’agit notamment des mouvements suivants : l’Organisation des nationalistes ukrainiens(OUN) de Stepan Bandera, un mouvement à matrice nazie, antisémite et raciste déjà actif en Tchétchénie et qui fait partie du Secteur droit, une association de mouvements d’extrême droite formée au moment du coup d’État Euromaidan en 2013/2014 ; l’Armée insurrectionnelle ukrainienne (UPA) ; l’UNA/UNSO, aile paramilitaire du parti politique d’extrême droite Ukraine National Assembly ; la Confrérie Korchinsky, qui a offert une protection à Kiev aux membres d’ISIS(ici) ; Misanthropic Vision (MD), un réseau néo-nazi réparti dans 19 pays qui incite publiquement au terrorisme, à l’extrémisme et à la haine contre les chrétiens, les musulmans, les juifs, les communistes, les homosexuels, les Américains et les personnes de couleur (ici).


Il convient de rappeler que le gouvernement a apporté un soutien explicite à ces organisations extrémistes en envoyant la garde présidentielle aux funérailles de leurs représentants, ainsi qu’en soutenant le bataillon Azov, une organisation paramilitaire qui fait officiellement partie de l’armée ukrainienne sous le nouveau nom de régiment d’opérations spéciales Azov et qui est organisée au sein de la garde nationale. Le régiment Azov est financé par l’oligarque juif ukrainien Igor Kolomoisky, ancien gouverneur de Dnepropetrovsk, qui est également considéré comme le financier des milices nationalistes de Pravyi Sektor, considérées comme responsables du massacre d’Odessa. Il s’agit du même Kolomoisky mentionné dans les « Pandora Papers » comme étant un sponsor du président Zelensky.

Le bataillon entretient des relations avec plusieurs organisations d’extrême droite en Europe et aux États-Unis.


Amnesty International, après une rencontre le 8 septembre 2014 entre le secrétaire général Salil Shetty et le Premier ministre Arseniy Yatsenyuk, a demandé au gouvernement ukrainien de mettre fin aux abus et aux crimes de guerre commis par les bataillons de volontaires qui opèrent avec les forces armées de Kiev. Le gouvernement ukrainien a ouvert une enquête officielle sur cette affaire, déclarant qu’aucun officier ou soldat du bataillon Azov ne semble faire l’objet d’une enquête.


En mars 2015, le ministre ukrainien de l’Intérieur Arsen Avakov a annoncé que le bataillon Azov serait l’une des premières unités à être entraînées par les troupes de l’armée américaine, dans le cadre de leur mission d’entraînement de l’opération Fearless Guard. La formation américaine a été interrompue le 12 juin 2015, lorsque la Chambre des représentants américaine a adopté un amendement interdisant toute aide (y compris les armes et la formation) au bataillon en raison de son passé néonazi. L’amendement a ensuite été révoqué sous la pression de la CIA (ici et ici) et les soldats du bataillon Azov ont été formés aux États-Unis (ici et ici) : « Nous formons ces gars depuis huit ans maintenant. Ce sont de très bons combattants. C’est là que le programme de l’Agence pourrait avoir un impact sérieux. »


En 2016, un rapport de l’OSCE [Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe] a révélé que le bataillon Azov était responsable de massacres de prisonniers, de la dissimulation de cadavres dans des fosses communes et du recours systématique à des techniques de torture physique et psychologique. Il y a quelques jours à peine, le commandant adjoint du bataillon, Vadim Troyan, a été nommé chef de la police de la région de l’Oblast par le ministre de l’Intérieur Arsen Avakov.


Ce sont les « héros » qui se battent avec l’armée ukrainienne contre les soldats russes. Et ces héros du bataillon Azov, au lieu de protéger leurs enfants, osent faire de leur propre chair de la viande de boucherie, en enrôlant des garçons et des filles (ici et ici), en violation du Protocole facultatif à la Convention des Nations unies relative aux droits de l’enfant (ici), concernant l’implication de mineurs dans les conflits armés : un instrument juridique ad hoc qui établit qu’aucun enfant de moins de 18 ans ne doit être recruté de force ni utilisé directement dans des hostilités, que ce soit par les forces armées d’un État ou par des groupes armés.


Inévitablement, les armes létales fournies par l’UE, y compris l’Italie de Draghi, avec le soutien des partis politiques « antifascistes », sont destinées à être utilisées contre ces enfants.


La guerre d’Ukraine dans les plans du Nouvel Ordre Mondial

La censure imposée aux diffuseurs russes vise clairement à empêcher que le récit officiel soit démenti par les faits. Mais alors que les médias occidentaux diffusent des images du jeu vidéo War Thunder (ici), des images de la guerre en Ukraine sont diffusées.


Le film Star Wars (ici), des explosions en Chine (ici), des vidéos de défilés militaires (ici), des images d’Afghanistan (ici), du métro de Rome (ici) ou des images de crématoires mobiles (ici) en les faisant passer pour des scènes réelles et récentes de la guerre en Ukraine, la réalité est ignorée parce qu’il a déjà été décidé de provoquer un conflit comme arme de distraction massive qui légitime de nouvelles restrictions des libertés dans les nations occidentales, selon les plans de la Grande Réinitialisation du Forum économique mondial et de l’Agenda 2030 des Nations Unies.


Il est évident que le peuple ukrainien, au-delà des questions que la diplomatie peut résoudre, est victime du même coup d’État mondial mené par des puissances supranationales qui ont pour but, non pas la paix entre les nations, mais plutôt l’établissement de la tyrannie du Nouvel Ordre Mondial. Il y a quelques jours à peine, la parlementaire ukrainienne Kira Rudik a déclaré à Fox News, tout en tenant une kalachnikov : « Nous savons que nous ne nous battons pas seulement pour l’Ukraine, mais aussi pour le Nouvel Ordre Mondial. »


Les violations des droits de l’homme en Ukraine et les crimes des milices néonazies dénoncés à plusieurs reprises par Poutine n’ont pas pu trouver de solution politique car ils ont été planifiés et fomentés par l’élite mondialiste, avec la collaboration de l’Union européenne, de l’OTAN et de l’État profond américain, avec une tonalité anti-russe destinée à rendre inévitable une guerre dont le but est d’imposer, principalement en Europe, l’adoption forcée du rationnement de l’énergie (ici),[3] des restrictions de voyage, le remplacement de la monnaie papier par la monnaie électronique (ici et ici) et l’adoption de la carte d’identité numérique (ici et ici). Nous ne parlons pas de projets théoriques. Il s’agit de décisions qui sont sur le point d’être prises concrètement au niveau européen ainsi que dans les différents pays.


Respect du droit et des normes

L’intervention en Ukraine de l’OTAN, des États-Unis et de l’Union européenne ne semble pas avoir de légitimité. L’Ukraine n’est pas membre de l’OTAN, et en tant que telle, elle ne devrait pas bénéficier de l’aide d’une entité dont le but est la défense de ses nations membres. On peut en dire autant de l’Union européenne, qui, il y a quelques jours à peine, a invité Zelensky à la rejoindre. En attendant, l’Ukraine a reçu 2,5 milliards de dollars des États-Unis depuis 2014 et 400 millions de dollars supplémentaires pour la seule année 2021 (ici), plus d’autres fonds pour un total de 4,6 milliards de dollars (ici).

De son côté, Poutine a accordé 15 milliards de dollars de prêts à l’Ukraine pour la sauver de la faillite. L’Union européenne, pour sa part, a envoyé 17 millions de dollars de fonds, en plus des fonds envoyés par diverses nations individuelles. Mais cette aide n’a que très peu profité à la population ukrainienne.
De plus, en intervenant dans la guerre en Ukraine au nom de l’Union européenne, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen viole les articles 9, 11 et 12 du traité de Lisbonne.

La compétence de l’Union européenne dans ce domaine appartient au Conseil européen et au Haut Représentant. En aucun cas, elle n’appartient au président de la Commission. A quel titre la présidente von der Leyen prétend-elle agir comme si elle était le chef de l’Union européenne, en usurpant un rôle qui n’est pas le sien et qui ne lui appartient pas ? Pourquoi personne n’intervient-il, surtout si l’on considère le danger auquel les citoyens européens sont exposés en raison de la possibilité de représailles russes ?


En outre, dans de nombreux cas, les constitutions des nations qui envoient aujourd’hui du soutien et des armes à l’Ukraine ne prévoient pas la possibilité d’entrer dans un conflit. Par exemple, l’article 11 de la Constitution italienne stipule ce qui suit : « L’Italie répudie la guerre comme instrument d’atteinte à la liberté des autres peuples et comme moyen de résoudre les controverses internationales. » L’envoi d’armes et de soldats à une nation qui ne fait partie ni de l’OTAN ni de l’Union européenne constitue une déclaration de guerre de facto à la nation belligérante avec elle (dans ce cas, la Russie), et devrait donc nécessiter la délibération préalable de la déclaration de guerre, comme le prévoit l’article 78 de la Constitution italienne : « Les Chambres [du Parlement] délibèrent sur l’état de guerre et confèrent au gouvernement les pouvoirs nécessaires. » Il ne semble pas qu’à ce jour les Chambres aient été appelées à s’exprimer dans ce sens, ni que le Président de la République soit intervenu pour exiger le respect de la disposition constitutionnelle.

Le Premier ministre Draghi, nommé par la cabale mondialiste pour la destruction de l’Italie et son asservissement définitif aux pouvoirs supranationaux, est l’un des nombreux chefs de gouvernement nationaux qui considèrent la volonté des citoyens comme un obstacle gênant à l’exécution de l’agenda du Forum économique mondial. Après deux ans de violations systématiques des droits fondamentaux et de la Constitution, il est difficile de croire qu’il voudra faire passer les intérêts de la nation italienne avant ceux de ceux qui l’ont placé au pouvoir.

Au contraire : plus les effets des sanctions adoptées par son gouvernement sont désastreux, plus il peut se considérer apprécié par ceux qui lui ont donné le pouvoir. Le coup d’État perpétré au moyen de l’urgence psychopandémique se poursuit aujourd’hui avec de nouvelles décisions malheureuses, ratifiées par un Parlement sans colonne vertébrale.


C’est également une violation de l’article 288 du code pénal italien que de permettre aux citoyens italiens – et même aux membres de la majorité du gouvernement et aux dirigeants politiques – de répondre à l’appel de l’ambassadeur d’Ukraine pour l’enrôlement dans la légion étrangère : « Quiconque, sur le territoire italien, sans l’approbation du gouvernement, enrôle ou arme des citoyens pour servir dans l’armée en faveur d’une nation étrangère, est puni d’une peine d’emprisonnement de 4 à 15 ans. » Aucun magistrat, du moins pour l’instant, n’est intervenu pour punir les responsables de ce crime.


Une autre violation se trouve dans l’activité de transfert d’Ukraine vers l’Italie (et probablement aussi vers d’autres nations) d’enfants obtenus par le biais de la gestation pour autrui, commandée par des couples italiens en violation de la loi 40/2004, sans qu’aucune sanction ne soit imposée aux coupables de ce crime, ainsi qu’à leurs complices.


Il convient également de rappeler que les déclarations de membres du gouvernement ou de responsables politiques à l’égard de la Fédération de Russie et de son président, ainsi que les sanctions adoptées à l’encontre de la Russie et les discriminations arbitraires répétées à l’encontre de citoyens, d’entreprises, d’artistes et d’équipes sportives russes, pour la seule raison qu’ils sont des ressortissants de ce pays, Les sanctions adoptées à l’encontre de la Russie et les discriminations arbitraires répétées à l’encontre de citoyens, d’entreprises, d’artistes et d’équipes sportives russes au seul motif qu’ils sont russes, constituent non seulement des provocations qu’il convient d’éviter afin de permettre un règlement serein et pacifique de la crise ukrainienne, mais mettent également la sécurité des citoyens italiens en très grave danger (ainsi que celle des citoyens d’autres nations qui adoptent une position similaire à l’égard de la Russie). La raison d’une telle témérité est incompréhensible, à moins qu’il n’y ait une volonté intentionnelle de déclencher des réactions de la partie adverse.


Le conflit russo-ukrainien est un piège très dangereux qui a été tendu contre l’Ukraine, la Russie et les nations d’Europe.La crise a été préparée et fomentée depuis longtemps, en commençant certainement par le coup d’État blanc de 2014 qui était souhaité par l’État profond américain dans une tonalité anti-russe.


L’Ukraine est la dernière victime de bourreaux accomplis.

La crise russo-ukrainienne n’a pas soudainement éclaté il y a un mois. Elle a été préparée et fomentée depuis longtemps, en commençant certainement par le coup d’État blanc de 2014 qui était souhaité par l’État profond américain dans une clé anti-russe. En témoigne, entre autres faits incontestables, l’entraînement du bataillon Azov par la CIA  » pour tuer des Russes  » (ici), la CIA ayant forcé la révocation de l’amendement interdisant l’aide au bataillon fait par le Congrès en 2015. Les interventions de Joe et Hunter Biden vont dans le même sens. Il existe donc des preuves d’une préméditation à long terme, cohérente avec l’expansion incessante de l’OTAN vers l’Est. La révolution de couleur d’Euromaidan, ainsi que la mise en place d’un gouvernement pro-OTAN composé d’hommes nouveaux formés par le Forum économique mondial et George Soros,avaient pour but de créer les conditions de la subordination de l’Ukraine au bloc de l’OTAN, en la soustrayant à l’influence de la Fédération de Russie. À cette fin, l’action subversive des ONG du philanthrope hongrois, soutenue par la propagande médiatique, a passé sous silence les crimes des organisations paramilitaires néonazies, financées par les mêmes personnes qui sponsorisent Zelensky.


Mais si le lavage de cerveau effectué par les grands médias dans les nations occidentales a réussi à véhiculer un récit complètement déformé de la réalité, on ne peut pas en dire autant de l’Ukraine, où la population est bien consciente de la corruption de la classe politique au pouvoir ainsi que de son éloignement des problèmes réels de la nation ukrainienne.

Nous, Occidentaux, pensons que les « oligarques » ne sont présents qu’en Russie, alors qu’en réalité, ils sont surtout présents dans toute la galaxie des nations qui composaient autrefois l’Union soviétique, où ils peuvent accumuler richesse et pouvoir simplement en se mettant à la disposition des « philanthropes » étrangers et des sociétés multinationales. Peu importe que leurs comptes offshore soient la cause première de la pauvreté des citoyens de ces nations, du retard du système de santé, du pouvoir excessif de la bureaucratie, de l’absence quasi-totale de services publics, du contrôle étranger d’entreprises stratégiques et de l’absence d’accès à la justice et de la perte progressive de souveraineté et d’identité nationale : l’important est de « faire de l’argent » et d’être immortalisé aux côtés des personnalités politiques, des banquiers, des marchands d’armes et de ceux qui affament le peuple.

Et puis de venir dans les stations balnéaires à la mode de la Versilia ou de la côte amalfitaine pour exhiber leurs yachts et leurs cartes platine au serveur d’Odessa ou à la femme de ménage de Kiev qui envoient leur salaire de misère à leurs proches restés au pays. Ces milliardaires ukrainiens portant des kippas sont ceux qui vendent l’Ukraine à l’Occident corrompu et corrupteur, échangeant leur propre bien-être contre l’asservissement de leurs compatriotes aux usuriers qui s’emparent du monde, utilisant partout les mêmes systèmes impitoyables et immoraux. Dans le passé, ils ont réduit les salaires des travailleurs d’Athènes et de Thessalonique ; aujourd’hui, ils ont simplement élargi leurs horizons à l’ensemble de l’Europe, où la population regarde encore avec incrédulité tandis que l’on impose d’abord une dictature de la santé, puis une dictature de l’environnement.


D’autre part, sans le prétexte d’une guerre, comment auraient-ils pu justifier la flambée des prix du gaz et des carburants, forçant le processus d’une transition « écologique » imposée d’en haut afin de contrôler les masses appauvries ? Comment auraient-ils pu faire avaler aux peuples du monde occidental l’instauration de la tyrannie du Nouvel Ordre Mondial, alors que la farce de la pandémie se dénouait et mettait en lumière les crimes contre l’humanité commis par BigPharma ?


Et tandis que l’UE et les chefs de gouvernement accusent la Russie de la catastrophe imminente, les élites occidentales démontrent qu’elles veulent même détruire l’agriculture, afin d’appliquer les horreurs de l’Holodomor à l’échelle mondiale (ici). D’autre part, dans de nombreuses nations (dont l’Italie), on théorise la privatisation des cours d’eau – et l’eau est un bien public inaliénable – au profit des multinationales et dans le but de contrôler et de limiter les activités agricoles. Le gouvernement pro-OTAN de Kiev n’a pas eu un comportement très différent : pendant huit ans, la Crimée a été privée de l’eau du fleuve Dniepr afin d’empêcher l’irrigation des champs et d’affamer la population.

Aujourd’hui, à la lumière des sanctions imposées à la Russie et de l’énorme réduction des approvisionnements en céréales, on peut comprendre les énormes investissements de Bill Gates dans l’agriculture (ici), suivant la même logique de profit impitoyable déjà expérimentée avec la campagne de vaccination.


Le peuple ukrainien n’est que le dernier otage involontaire du régime totalitaire supranational qui a mis à genoux les économies nationales du monde entier grâce à la tromperie Covid.


Le peuple ukrainien, quel que soit le groupe ethnique auquel il appartient, n’est que le dernier otage involontaire du régime totalitaire supranational qui a mis à genoux les économies nationales du monde entier grâce à la supercherie du Covid, après avoir théorisé publiquement la nécessité de décimer la population mondiale et de transformer les survivants en malades chroniques dont le système immunitaire est irrémédiablement compromis.


Le peuple ukrainien devrait réfléchir sérieusement avant de faire appel à l’intervention de l’OTAN ou de l’UE, à condition que ce soit vraiment le peuple ukrainien qui le fasse et non ses dirigeants corrompus aidés par des mercenaires racistes et des groupes néo-nazis à la solde des hiérarques. Car si on leur promet la liberté face à l’envahisseur – avec lequel ils partagent l’héritage religieux et culturel commun d’avoir fait partie de la Grande Russie – en réalité, ce qui se prépare cyniquement, c’est leur annulation définitive, leur asservissement au Grand Reset qui prévoit tout sauf la protection de leur identité, de leur souveraineté et de leurs frontières.


Que le peuple ukrainien regarde ce qui est arrivé aux nations de l’Union européenne : le mirage de la prospérité et de la sécurité est démoli par la contemplation des décombres laissés par l’euro et les lobbies de Bruxelles. Des nations envahies par des immigrants illégaux qui alimentent le crime et la prostitution ; détruites dans leur tissu social par des idéologies politiquement correctes ; sciemment amenées à la faillite par des politiques économiques et fiscales imprudentes ; conduites vers la pauvreté par l’annulation des protections du travail et de la sécurité sociale ; privées d’avenir par la destruction de la famille et la corruption morale et intellectuelle des nouvelles générations.


Des nations autrefois prospères et indépendantes, diverses dans leurs spécificités ethniques, linguistiques, culturelles et religieuses respectives, se sont transformées en une masse informe de personnes sans idéaux, sans espoirs, sans foi, sans même la force de réagir contre les abus et les crimes de ceux qui les gouvernent. Une masse de clients corporatifs, esclaves du système de contrôle détaillé imposé par la farce pandémique, même face aux preuves de la fraude. Une masse de personnes sans identité individuelle, marquées par des codes QR comme les animaux d’une ferme intensive, comme les produits d’un immense centre commercial. Si cela a été le résultat du renoncement à la souveraineté nationale pour toutes les nations – toutes, sans exception ! – qui se sont confiées à la colossale escroquerie de l’Union européenne, pourquoi l’Ukraine serait-elle différente ?


Est-ce là ce que vos pères ont voulu, ce qu’ils ont espéré, ce qu’ils ont désiré, lorsqu’ils ont reçu le baptême avec Vladimir le Grand sur les rives du Dniepr ?


S’il y a un aspect positif que chacun de nous peut reconnaître dans cette crise, c’est qu’elle a révélé l’horreur de la tyrannie mondialiste, son cynisme impitoyable, sa capacité à détruire et à anéantir tout ce qu’elle touche. Ce ne sont pas les Ukrainiens qui devraient entrer dans l’Union européenne ou dans l’OTAN, ce sont plutôt les autres nations qui devraient enfin être secouées par la fierté et le courage de les quitter, en secouant ce joug détestable et en redécouvrant leur propre indépendance, leur souveraineté, leur identité et leur foi. Leur propre âme.


Soyons clairs : l’Ordre Nouveau n’est pas un destin inéluctable, il peut être subverti et dénoncé, si seulement les peuples du monde se rendent compte qu’ils ont été trompés et escroqués par une oligarchie de criminels clairement identifiables, qui devront un jour répondre de ces sanctions et de ces blocages de fonds qu’ils appliquent aujourd’hui en toute impunité à quiconque ne plie pas le genou devant eux.


Un appel à la Troisième Rome


Pour la Russie aussi, ce conflit est un piège. En effet, il réaliserait le rêve de l’État profond américain d’évincer définitivement la Russie du contexte européen dans ses relations commerciales et culturelles, la poussant dans les bras de la Chine, peut-être avec l’espoir que la dictature de Pékin puisse persuader les Russes d’accepter le système de crédit social et d’autres aspects de la Grande Réinitialisation que la Russie a pu éviter jusqu’à présent, du moins en partie.


C’est un piège, non pas parce que la Russie a tort de vouloir « dénazifier » l’Ukraine de ses groupes extrémistes et garantir la protection des Ukrainiens russophones, mais parce que ce sont précisément ces raisons – théoriquement défendables – qui ont été créées spécifiquement pour la provoquer et l’inciter à envahir l’Ukraine, de manière à provoquer la réaction de l’OTAN préparée depuis longtemps par l’État profond et l’élite mondialiste. Le casus belli a été délibérément planifié par les véritables auteurs du conflit, sachant qu’il obtiendrait exactement cette réponse de Poutine.

Et c’est à Poutine, qu’il ait raison ou non, de ne pas tomber dans le piège, et de retourner la situation en offrant à l’Ukraine les conditions d’une paix honorable sans poursuivre le conflit. En effet, plus Poutine croit avoir raison, plus il doit démontrer la grandeur de sa nation et son amour pour son peuple en ne cédant pas aux provocations.


Permettez-moi de répéter les paroles du prophète Isaïe : Détachez les bandes de la méchanceté, défaites les faisceaux qui oppriment, libérez ceux qui sont brisés, et rompez les liens de tous les fardeaux. Partage ton pain avec celui qui a faim, accueille dans ta maison les affligés et les sans-abri ; quand tu vois un homme nu, habille-le, et ne tourne pas le dos à ta propre chair. Alors ta lumière se lèvera comme l’aurore, et ta blessure sera vite guérie. Ta justice marchera devant toi, la gloire du Seigneur te suivra de près. (Is 58, 6-8).


La crise mondiale avec laquelle se prépare la dissolution de la société traditionnelle concerne également l’Église catholique, dont la Hiérarchie est prise en otage par des apostats courtisans du pouvoir[4]. Il fut un temps où les Papes et les Prélats affrontaient les Rois sans se soucier du respect humain, car ils savaient qu’ils parlaient avec la voix de Jésus-Christ, le Roi des Rois. La Rome des Césars et des Papes est maintenant déserte et silencieuse, tout comme l’est depuis des siècles la seconde Rome de Constantinople.

Peut-être la Providence a-t-elle ordonné que Moscou, la Troisième Rome, assume aujourd’hui, à la vue du monde, le rôle de κατέχον (2 Th 2, 6-7), d’obstacle eschatologique à l’Antéchrist. Si les erreurs du communisme ont été répandues par l’Union soviétique, jusqu’à s’imposer au sein de l’Église, la Russie et l’Ukraine peuvent aujourd’hui avoir un rôle d’époque dans la restauration de la Civilisation chrétienne, en contribuant à apporter au monde une période de paix d’où l’Église ressuscitera elle aussi purifiée et renouvelée dans ses ministres.


Les États-Unis d’Amérique et les nations européennes ne devraient pas marginaliser la Russie, mais plutôt former une alliance avec elle, non seulement pour la restauration du commerce pour la prospérité de tous, mais en vue de la reconstruction d’une Civilisation chrétienne, qui seule peut sauver le monde du monstre transhumain techno-santé mondialiste.


Puissent mes paroles – ainsi que celles de nombreuses personnes intellectuellement honnêtes – contribuer à mettre en lumière la complicité et la corruption de ceux qui utilisent le mensonge et la fraude pour justifier leurs crimes, même en ces moments de grande appréhension de la guerre en Ukraine.


Considérations finales

Il est très préoccupant que le destin des peuples du monde soit entre les mains d’une élite qui n’a de comptes à rendre à personne pour ses décisions, qui ne reconnaît aucune autorité au-dessus d’elle-même et qui, pour poursuivre ses propres intérêts, n’hésite pas à mettre en péril la sécurité, l’économie et la vie même de milliards de personnes, avec la complicité des politiciens à leur service et des grands médias. La falsification des faits, les altérations grotesques de la réalité et la partisanerie avec laquelle les nouvelles sont diffusées s’ajoutent à la censure des voix dissidentes et conduisent à des formes de persécution ethnique à l’encontre des citoyens russes, qui sont discriminés précisément dans les pays qui se disent démocratiques et respectueux des droits fondamentaux.


J’espère sincèrement que mon appel à la création d’une Alliance anti-mondialiste qui unisse les peuples du monde dans l’opposition à la tyrannie du Nouvel Ordre Mondial sera accepté par ceux qui ont à cœur le bien commun, la paix, la sécurité et la justice entre les nations, la concorde entre tous les peuples, la liberté de tous les citoyens et l’avenir des nouvelles générations. Et même avant cela, que mes paroles – ainsi que celles de nombreuses personnes intellectuellement honnêtes – contribuent à mettre en lumière la complicité et la corruption de ceux qui utilisent le mensonge et la fraude pour justifier leurs crimes, même en ces moments de grande appréhension de la guerre en Ukraine.


« Que les forts nous écoutent, afin de ne pas devenir faibles dans l’injustice. Que les puissants nous écoutent, s’ils veulent que leur pouvoir ne soit pas destruction mais soutien des peuples et protection pour la tranquillité dans l’ordre et le travail » (Pie XII, Message radiophonique aux chefs d’État et aux peuples du monde en danger imminent de guerre, 24 août 1939).


Que le Saint Carême amène tous les chrétiens à demander pardon à la Divine Majesté pour les péchés de ceux qui foulent aux pieds sa Sainte Loi. Que la pénitence et le jeûne poussent le Seigneur Dieu à la miséricorde, tandis que nous répétons les paroles du prophète Joël : Parce, Domine : parce populo tuo ; et ne des hæreditatem tuam in opprobrium, ut dominentur eis nationes. Pardonne à ton peuple, Seigneur, et n’expose pas ton héritage à l’opprobre, à la dérision des nations (Jl 2,17).


+ Carlo Maria Viganò, archevêque,
Ancien nonce apostolique aux États-Unis d’Amérique
6 mars 2022

Source : https://cristiadatradicinalista.blogspot.com/?m=1

AJOUTEZ VOTRE COURRIEL POUR RECEVOIR NOS ACTUALITÉS

Catholiques de France

Catholiques de France

Ce site a pour ambition de défendre le magistère et la Foi Catholique dans son intégralité et sans concession, dans un esprit de foi et de charité. Notre devise : Pour sauver la France éternelle conservons la Foi de nos pères.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.