Chronique : Reportage photos – A la découverte de Lyon (Partie2)

Au cœur de Lugdunum.



Ville fondée par les Romains sur un lieu occupé alors par les gaulois, Lyon conserve des vestiges importants de son passé romain. Aqueducs, théâtre accolé à un Odéon (pour les chants et la musique), tombeaux nous rappellent le passé impérial de la ville…


Sa situation géographique en fait un lieu de choix, et deviendra alors la capitale des Gaules…


L’histoire chrétienne de Lyon est un joyau du Royaume des Francs. Sur les hauteurs, la monumentale basilique de Notre-Dame de Fourvière domine la cité. Construite en action de grâces pour la protection de la ville de l’invasion prussienne de 1870, son architecture de style néo-byzantin revendique la gloire de la ville d’être sous la protection de la Très Sainte Vierge.

Depuis des siècles en effet, on y vénérait l’Immaculée Conception dans la chapelle jouxtant Notre-Dame de Fourvière, située à l’emplacement de la condamnation des premiers martyrs de Lyon.



Plaques en reconnaissance des bienfaits de la Très Sainte Vierge dans la chapelle Saint Thomas, accolée à la basilique :



L’intérieur exalte le triomphe des victoires chrétiennes et mariales. Lépante, l’arrivée des premiers chrétiens à Lyon, sainte Jeanne d’Arc, la proclamation du dogme de l’Immaculée Conception et d’autres scènes légendaires toutes de mosaïque défilent le long de la nef. On y trouve une crypte tout aussi impressionnante.



Notre capitale regorge d’édifices chrétiens. Beaucoup sont désormais délaissés. Aujourd’hui le tourisme, et le restant de conciliaires – pour combien de temps – entretiennent l’ouverture des lieux.


La cathédrale Saint Jean-Baptiste est évidemment incontournable. Pas moins de deux conciles se sont déroulés ici, en 1245, et 1274. Deux Docteurs moururent à cette époque, saint Thomas d’Aquin et saint Bonaventure. Les reliques d’un saint Roi, Louis IX, y reposèrent quelques jours après une croisade où il ouvrit les yeux pour le Ciel, un autre connu pour sa poule au pot, s’y maria en 1600.




Dans les rues, d’innombrables statues de saints décorent les angles des maisons. Les « bouchons » lyonnais (restaurant typique) proposent de nombreuses spécialités : les quenelles, le Saint-Marcellin, la cervelle de canuts, la salade lyonnaise, le saucisson brioché… – votre serviteur n’a pas eu le temps de tout goûter !


Autres spécialité, architecturale cette fois-ci de Lyon : les « Traboules », passages souvent couverts à travers les immeubles :




Un peu plus loin, l’amphithéâtre des Trois Gaules marque l’emplacement du martyre de sainte Blandine, et fut aussi le lieu de la réunion annuelle des représentants des 64 nations trois Gaules. La place des Terreaux a vu la guillotine abreuvant son sol du sang des victimes de la Révolution. L’église Saint-Nizier, l’église Saint Bonaventure valent le détour. Un chemin de Croix moderne rappelle très justement, par son anachronisme, que ce sont bien nous autres contemporains qui sommes responsables de la Passion de Notre Seigneur :



L’antique basilique d’Ainay éloignée du centre-ville abrite les reliques de sainte Blandine.



À l’église Saint Georges, les communautés ralliées peuvent se targuer d’utiliser le rite lyonnais :


Malheureusement pour elles, leurs jours sont désormais comptés… la faute de leur « pape »…

Plus au cœur de la ville, l’Hôtel-Dieu surabonde de magnifiques œuvres d’art religieuse, mais les surpassent 400 en reliques : pas loin de 400 !



Pour l’art, vous ne serez pas en reste avec le splendide musée des beaux-arts de Lyon. Comme L’Immaculée Conception d’Antonio de Pereda, ou l’impressionnant Repas chez Simon le pharisien de Jean-Baptiste Jouvenet pour le rapide aperçu.



Enfin, la capitale des Gaules et la France avec elle peut se réjouir en Dieu d’avoir un Père de l’Église, saint Irénée de Lyon, qui fut de plus un disciple de saint Polycarpe, lui-même disciple de saint Jean l’évangéliste…


À l’emplacement du cachot de saint Pothin est construit un récent musée du christianisme.


Enfin, ne manquez pas l’église saint Paul à la gloire de l’apôtre des gentils, et du Dieu Trine !

Bien d’autres découvertes sont à faire, espérant que ces courts reportages vous donnent l’inspiration de vous rendre sur ces lieux traversés par des siècles d’une foi ardente !


Christianos ad leones ! « (Qu’on livre) les chrétiens aux lions ! »

AJOUTEZ VOTRE COURRIEL POUR RECEVOIR NOS ACTUALITÉS

Catholiques de France

Catholiques de France

Ce site a pour ambition de défendre le magistère et la Foi Catholique dans son intégralité et sans concession, dans un esprit de foi et de charité. Notre devise : Pour sauver la France éternelle conservons la Foi de nos pères.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.