Chronique : Reportage photos – A la découverte de Lyon

Découverte de Lugdunum et sa région (Partie 1)



Que notre pays regorge de richesses ! Lorsque nos yeux se tournent vers les rivages du Sud, nous voyons les saintes femmes arriver sur les côtes de la Provence, sainte Marie-Madeleine et puis Lazare, tous contemporains du Christ…
Un peu plus au nord, sur le Rhône qui pénètre dans les terres gauloises, une ville servira de tête de pont pour l’invasion de la Gaule à l’empire romain : elle sera nommée Lugdunum.


Très tôt, des chrétiens remontent le fleuve pour s’y installer, et commence l’évangélisation des gaules. Les Romains apportèrent Remus et Romulus et tous leurs faux dieux et soumirent les gaulois par la force, les disciples y diffusèrent la Parole du Dieu trois fois Saint par la gloire du martyre.

Mais avant de pénétrer dans la capitale des gaules, quelques lieux dans les alentours méritent d’abord un crochet. La région est évidemment vaste et chargée d’histoire, seulement un aperçu sera esquissé ici.

Au nord, la ville de Paray-le-Monial, et le mondialement connu message du Sacré-Cœur à Sainte-Marguerite Marie, en 1689. Nous trouvons le corps de Sainte-Marguerite Marie dans la chapelle où se déroulèrent les apparitions.


À noter que cette ville se trouve au cœur d’un archipel de sites clunisiens qui demanderaient un périple à lui tout seul…




Tout autour de Lyon, se dressent des panoramas époustouflants, dus à la position géographique de la ville, nichée au creux du Rhône bordée de montagnes plus ou moins lointaines. Ici, le panorama de la Chapelle Saint Vincent, dans les monts du Lyonnais :


ou encore, celui, un peu plus lointain, du calvaire de Portes Bénonces :



Des petits villages médiévaux parsèment les environs. L’abbaye d’Ambronay, les villages d’Oingt, Ternand, Châtillon, dont la pierre jaune ocre étincelle au soleil en sont quelques caractéristiques illustrations.



Ou encore Pérouges, considéré comme un des plus beaux villages de France, entièrement pavé, et éminemment touristique… sauf en période de restrictions dites sanitaires !



Plus au sud, se dresse la paisible majestueuse Vienne, lovée dans une boucle du Rhône. Cette ville a vu son archevêque devenir pape, Calixte II qui ne fit rien moins que de résoudre la querelle des Investitures (la volonté des puissants empereurs germaniques d’autonomisation de leur pouvoir politique face à la papauté), de promouvoir le pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle, de contribuer aux croisades, à la fondation de l’ordre cistercien et des Templiers ! Tout ça en 5 ans, excusez du peu.


C’est dans cette ville même, 200 ans plus tard, que fut condamné l’Ordre du Temple par la volonté de Philippe le Bel… et la permission du Dieu tout-puissant qui a le soin de laisser ses marques… pour le malheur de Philippe le Bel.
Vienne, ville sœur par excellence de Lyon, conserve encore des vestiges romains. La populaire Notre-Dame du Pipet surplombe la ville et en protège les sujets.




Les églises que nous rencontrons nous rappellent le passage d’un grand Père de l’Église dont nous aurons l’occasion de parler plus tard, Saint Irénée :



En revenant vers le nord, nous trouvons le petit village d’Ars-sur-Formans où s’est déroulé la vie de l’internationalement connu de son vivant même, le Saint curé d’Ars, ou Saint Jean-Marie Vianney, lieu de pèlerinage fréquenté depuis 1859, date de son rappel à Dieu. Son saint corps incorrompu repose dans la basilique, construit en rajout de l’église paroissiale.



Magnificence de l’édifice, que notre bon abbé était bien loin de connaître à son époque, comme le laisse constater le presbytère resté intact :



Pour les dévots du Saint Curé, et en exclusivité sur Catholiques de France, vous pourrez trouver des reliques de second ordre (tissus lui ayant appartenu), au Carmel, discrètement tenu par des Carmélites ayant fait sans doute leurs vœux avant le funeste concile…



La région n’est pas en reste, Saint-Vincent-de-Paul fut curé lui aussi – mais pour un temps beaucoup plus bref, du village de Châtillon sur Chalaronne :



Enfin, à Ecuilly, village en périphérie éloignée de Lyon, on visitera la maison natale du Saint Curé.



Deux saints et un usurpateur sont passés ici, saurez-vous les reconnaître ?



La ville de Lyon étant désormais bien cernée, nous vous proposons de découvrir la capitale des gaules dans le prochain volet de cette série…

AJOUTEZ VOTRE COURRIEL POUR RECEVOIR NOS ACTUALITÉS

Catholiques de France

Catholiques de France

Ce site a pour ambition de défendre le magistère et la Foi Catholique dans son intégralité et sans concession, dans un esprit de foi et de charité. Notre devise : Pour sauver la France éternelle conservons la Foi de nos pères.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.