L’abomination de la désolation dans le lieu Saint

Dans l’évangile du dernier dimanche de l’année liturgique, nous avons pu lire le sombre avertissement de Notre-Seigneur :  « Quand donc vous verrez l’abomination de la désolation, dont a parlé le prophète Daniel, établie dans le lieu saint, que celui qui lit comprenne. Alors que ceux qui sont en Judée s’enfuient dans les montagnes. » (Matthieu XXIV, 15-16)


 L’abomination de la désolation dans le lieu saint ?! A quoi se rapporte cette prophétie divine ? De nombreuses interprétations ont été proposées par certains saints et théologiens. L’abbé Zins, diacre, qui a longuement étudié cette thématique fait remarquer qu’il peut y avoir jusqu’à six sens à donner à cet avertissement :
 

 Historique et littéral :

– Ayant trait à la destruction de Jérusalem ; arrivée des armées romaines établissant leur emblème idolâtre dans le Temple de Jérusalem…
– Une idole dans l’église, vénérée comme si c’était le vrai Dieu ; réunion d’Assise : Bouddha sur l’autel et le Tabernacle ;
– l’idolâtrie : . par des « fidèles » ; . par des « prêtres ».

 Moral :

– dépravation des mœurs (dans les âmes et cœurs), avec la bénédiction des gouvernements et de la majorité des populations et même de prêtres ;
– avortement : en les privant du Baptême.. espèce d’abomination dans un lieu saint (âme) qui devait être sanctifié par la grâce ;
– les âmes baptisées ayant reçu le don de la foi et qui plus tard ont trafiqué avec l’erreur. Perdant ainsi l’intégrité de la foi, ces baptisés sont devenus les temples du démon et ont chassé Dieu de la maison ;
– prêtres .. appelés par Dieu d’une manière spéciale pour le représenter et par leur vie sainte rapprocher les âmes de son cœur.. aujourd’hui des temples où l’abomination et la désolation règnent en maître.. ont renié leur Seigneur et Maître, l’ont vendu, pour adorer un autre dieu (l’homme), devenus les suppôts de Satan, des antéchrists, ont profané le saint nom de Dieu, voué leurs âmes aux mensonges, entraînant les petites brebis du Seigneur acquis aux prix de son sang dans l’erreur et le mensonge ;
– dans une église : profanation : – par un simple usage profane, – par le péché (mœurs…) ; prostitution « sacrée » pour une idole.

 Spirituel :

– nouvelle “messe” a profané le Lieu Saint (les églises) ; Nouvel Ordo Missae est une abomination dressée dans le Lieu Saint… culte idolâtrique, parce qu’invalide et sacrilège ;

– le Siège de Pierre usurpé par des imposteurs, la Ville Sainte tombée aux mains des impies, la Chaire de Vérité, occupée par l’abomination de l’hérésie ; là où le siège du bienheureux Pierre et la Chaire de la vérité fut établie comme une lumière pour les nations, là ils ont posé le trône d’abomination de leur impiété ;

– la dénaturation des Saintes Écritures : Sainteté même, puisqu’elles sont la parole de Dieu, les hérétiques les ont dénaturées au point de proclamer comme contenu en Elle des hérésies (DH).
– l’Homme d’iniquité ; celui qui s’élèvera en temple de Dieu, cet homme sera de par sa nature même une abomination ;

– parmi les baptisés dans l’Eglise catholique :
. l’idolâtrie du monde, préféré à Dieu (« nous avons le culte de l’homme », Montini) ;
. la « profanation » de la doctrine chrétienne : l’hérésie directe contre le Christ : négation de sa divinité etc. ; les deux à la fois : l’éros divin de Ratzinger ;

– la profanation des sacrements, à commencer par l’Eucharistie. C’est la « messe » vaine, vide ; la disparition des vrais sacrements valides, remplacés par des simulacres à la fois idolâtriques et profanateurs.
– la secte babélienne qui au sein même du Temple a le culte de l’Homme Profane.
– l’adoration du Prince de ce Monde (l’abomination), par ceux qui se disent membres de l’Eglise Catholique (le Lieu Saint), la réduisant ainsi visiblement à rien (la désolation).
– l’usurpation des attributs visibles de l’Eglise Catholique, fondée par Notre Seigneur, au profit d’une entité (par exemple la secte conciliaire) faisant mine d’adorer Dieu, mais étant de coeur à l’opposé permettant ainsi l’union en son sein de l’ensemble des sectes afin que le Prince de ce Monde puisse, en usurpant la gloire de Dieu, être adoré par tous et en tout lieu.

Synthèse analytique :

 Abomination = idole ; idolâtrie ; profanation; dépravation des mœurs ; avortement ; hérésie ; dénaturation des Saintes Écritures ; nouvelle “messe” ; profanation des sacrements ; usurpation des attributs visibles de l’Eglise; usurpation de la Chaire de Pierre ; secte babélienne ; l’Homme d’iniquité ; l’adoration du Prince de ce Monde.

 Lieu Saint = Temple de Jérusalem ; église ; âmes baptisées ; Prêtres ; l’Eglise Catholique ; Saintes Écritures ; la doctrine chrétienne ; Siège de Pierre, Ville Sainte, Chaire de Vérité.

 Saint Jérôme, (347-420), Père et docteur de l’Eglise  :

« L’abomination désigne , selon l’Ecriture dans l’Ancien Testament, l’idole… Neuvième leçon. On peut entendre l’abomination de la désolation comme la perversion de tout le dogme. Quand nous la verrons se tenir dans le lieu saint, c’est-à-dire dans l’Église, et se faire passer pour Dieu, nous devrons fuir de la Judée vers les montagnes, c’est-à-dire abandonner la lettre qui tue et l’erreur judaïque, nous approcher des montagnes éternelles d’où Dieu répand son admirable lumière et nous tenir sur le toit et sur la terrasse où les traits enflammés du diable ne peuvent parvenir, ne pas descendre ni prendre quoi que ce soit de la maison de notre ancienne vie ni chercher ce qui est derrière nous, mais bien plutôt semer dans le champ des Écritures spirituelles afin d’en recueillir des fruits, et ne pas emporter une seconde tunique, qu’il n’est pas permis aux Apôtres de posséder. »

  Saint Jean Chrysostome ( – 407), évêque de Constantinople et Docteur de l’Église parlait lui aussi d’une « …  statue [d’une idole] placée dans le temple. » (hom. 76 in Mt). 

 Saint Vincent Ferrier (1350-1419) :

« Le Pape légitime est le père universel des Chrétiens, et l’Eglise en est la Mère. Aussi, en prêtant obéissance à quelqu’un qui n’est pas pape et en lui attribuant les honneurs papaux, on transgresse le premier précepte de la première table, en lequel il est ordonné : Tu n’auras point de dieux étrangers, ni d’idole...(Deut.5,7). Or, qu’est-ce qu’un faux pape sinon un dieu étranger en ce monde, une idole, une statue, une image ou représentation fictive du Christ ? » (Traité du schisme moderne, P. Ch.3; Ed. BAC : San Vicente Ferrer, Biografia y escritos, Madrid 1956)


  Guillaume Von Hazel, auteur du livre Mystères de la Révolution nous propose une intéressante synthèse, sur le site Fide catholica. Nous nous permettons de la reprendre, en partie, dans les lignes suivantes.

 L’abomination dans le lieu saint par la venue de l’antéchrist désigne précisément trois choses selon l’exégèse traditionnelle

  L’abomination dans le lieu saint est un phénomène indissociable de la personne de  l’antéchrist et du phénomène de grande apostasie qui arrivera dans les temps antéchristiques.

« Que personne ne vous séduise en aucune manière ; car il faut que l’apostasie arrive auparavant, et qu’on ait vu paraître l’homme de péché, le fils de la perdition, l’adversaire qui s’élève au-dessus de tout ce qui est appelé Dieu, ou qui est adoré, jusqu’à s’asseoir dans le temple de Dieu, se faisant lui-même passer pour Dieu » – 2 Thessaloniciens 2 ; 3-4

 Or, selon l’exégèse catholique traditionnelle, l’antéchrist, celui qui s’élève au-dessus de Dieu et qui s’assoit dans le Temple de Dieu, se caractérise sous trois formes :

  • Une fausse église : parce que l’Eglise catholique est le Corps Mystique du Christ, le diable cherche à susciter une imitation, une contrefaçon, qu’on peut appeler corps mystique de l’antéchrist.
  • Un faux pape : car le diable doit nécessairement placer un vicaire pour diriger le corps mystique de l’Antéchrist. Ce ou ces faux papes sont généralement désignés comme les faux pasteurs par les exégètes, suivant Matthieu 24.
  • Des faux sacrements et une fausse religion : car pour que la tromperie soit complète, il faut évidemment une fausse religion, de faux sacrements et une fausse liturgie, imitant tout ce qui est propre à l’Eglise.

 C’est ce que rappelle et synthétise le Révérend Sylvester Berry (1879-1954), grand exégète et professeur de séminaire, dans son commentaire de saint Matthieu XXIV :

« Les prophéties du Livre de l’Apocalypse montrent que Satan cherchera à imiter l’Eglise du Christ afin de tromper l’humanité. Il érigera une église de Satan en opposition à l’Eglise du Christ. L’Antéchrist s’y présentera dans le rôle du messie, le faux prophète se présentera sous l’apparence d’un pape et l’on verra alors apparaître des imitations des Sacrements de l’Eglise. On verra aussi des prodiges trompeurs, en imitation des véritables miracles de l’Eglise. (The Church of Christ : An Apologetic and Dogmatic Treatise, 1927, p.119)

 
Un faux pape rendant un culte à une idole au sein même de la Basilique saint Pierre !
En octobre 2019, lors du synode d’Amazonie, des idoles païennes sont exposées au cœur du Vatican, une déesse est portée en procession et des cérémonies sorcières ont été organisées, tout cela sous le regard bienveillant de Bergoglio.

 Nous savons avec certitude que les « papes » de Vatican II, à cause des nombreuses hérésies qu’ils ont enseigné, sont des hérétiques publics et manifestes. De ce fait, suivant l’enseignement du Magistère de l’Eglise, ils ne sont pas les chefs d’un corps dont ils ne sont plus membres. Il en va de même pour la hiérarchie de prélats modernistes qui les ont suivis avec zèle dans leur apostasie. Il en résulte que l’entité dont ils sont chefs, n’est pas et ne peut pas être l’Eglise catholique, mais une secte étrangère, et croyons nous, ce fameux corps mystique de l’antéchrist. Pour affirmer une si grave certitude, nous nous fondons sur l’enseignement pur et simple de la théologie dogmatique et du droit canon, et plus encore, sur l’enseignement du Magistère. En particulier, nous nous fondons sur la bulle du Pape Paul IV, Cum Ex Apostolatus Officio. Dans cette bulle, cet illustre pape enseigne explicitement que l’élection à la papauté de tout prélat ayant préalablement dévié de la foi, devait être considéré comme nulle et invalide,  sans qu’aucune déclaration ne soit nécessaire de la part de quiconque. De façon stupéfiante, ce pape justifie explicitement cet enseignement, pour empêcher la catastrophe de la prophétie de Daniel concernant l’abomination dans le lieu saint et l’antéchrist. De fait, le pape Paul VI assimile explicitement l’abomination dans le lieu saint à un faux pape qui usurperait la charge pontificale :

« Et, pour que Nous puissions ne jamais voir dans le Lieu-Saint l’abomination de la désolation prédite par le prophète Daniel, Nous voulons, autant que Nous le pourrons avec l’aide de Dieu et selon notre charge Pastorale, capturer les renards occupés à saccager la Vigne du Seigneur et écarter les loups des bergeries, afin de ne pas sembler être comme les chiens muets, impuissants à aboyer, pour ne pas Nous perdre avec les mauvais serviteurs et ne pas être assimilé à un mercenaire. »

 Il s’agit donc là d’une interprétation infaillible des passages de la Sainte Ecriture que nous avons lus plus haut, ainsi qu’une confirmation infaillible de l’exégèse catholique traditionnelle sur la question.

 Plus que jamais, recourons à saint Michel Archange et utilisons la puissante et merveilleuse arme de l’exorcisme contre Satan et les anges apostats, publié pour les fidèles du monde entier par l’ordre du pape Léon XIII. Vade Satana, inventor et magister omnis fallaciae, hostis humanae salutis !

Catholiques de France

Catholiques de France

Ce site a pour ambition de défendre le magistère et la Foi Catholique dans son intégralité et sans concession, dans un esprit de foi et de charité. Notre devise : Pour sauver la France éternelle conservons la Foi de nos pères.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *