Le Magnificat

Magnificat (Saint Luc, 1, 46 -55)

Ce cantique, inspiré à la très Sainte Vierge, Mère de Dieu, lorsqu’elle salua sa cousine Elisabeth, est le chant naturel de l’Action de grâces ; il célèbre les merveilles que le Seigneur a accompli en elle ; ses jugements sur le monde ; ses miséricordes sur Israël.

On le chante debout, parce qu’il fait partie du Saint Évangile.


On peut le réciter en action de grâces, en remerciement de toutes les grâces, bienfaits obtenus et à venir.
On peut le réciter pour demander protection des familles et membres du Clergé.
On peut faire une neuvaine de Magnificat en action de grâces.

Magnificat ton royal

En Latin :

Magnificat * anima mea Dóminum ;
Et exsultávit spiritus meus : * in Deo salutári meo
Quia respéxit humilitátem ancillae suæ : * ecce enim ex hoc beátam me dicent omnes generatiónes.
Quia fecit mihi magna qui potens est ; * et scantum nomen ejus.
Et misericórdia ejus a progénie in progénies * timéntibus eum.
Fecit poténtiam in bracchio suo : * dispérsit supérbos mente cordis sui.
Depósuit poténtes de sede, * et exaltávit húmilies.
Esuriéntes implévit bonis : * et divites dimisit inánes.
Suscépit Israël púerum suum, * recordátus misericórdiae suæ.
Sicut locútus est ad patres nostro, * Abraham, et sémini ejus in sæcula.
Gloria Patri, et Filio, et Spiritui Sancto,
Sicut erat in principio, et nunc et semper :
Et in sæcula sæculórum.
Amen.

En Français :

Mon âme exalte le Seigneur ;
Et mon esprit a tressailli de joie en Dieu mon Sauveur.
Parce qu’il a jeté les yeux sur la bassesse de sa servante.
Désormais toutes les générations me proclameront bienheureuse.
Parce que le Tout-Puissant a fait en moi des merveilles :
Et son nom est saint.
Et sa miséricorde s’étend d’âge en âge, sur ceux qui le craignent.
Il a déployé la force de son bras : il a dispersé les superbes aux cœurs enivrés d’orgueil :
Il a renversé les puissants de leurs trônes, et Il a élevé les humbles.
Il a rassasié de biens les affamés, et il a renvoyé les riches les mains vides.
Il a pris sous sa garde Israël, son serviteur, se souvenant de sa miséricordieuse promesse.
Comme Il l’avait dit à nos pères, à Abraham et à sa postérité pour toujours.
Gloire au Père, au Fils et au saint Esprit.
Comme il était au commencement, maintenant et toujours
Et dans les siècles des siècles.
Ainsi soit-il.


 » Je donnerais tous les Pères de l’Eglise, tous les doctes Prophètes pour les dix versets du Magnificat. »

Paul CLAUDEL (MA CONVERSION)

Mon âme exalte le Seigneur ; exulte mon esprit en Dieu mon Sauveur. Le sens premier de ces mots est certainement de confesser les dons que Dieu lui a accordés, à elle, Marie, spécialement; mais elle rappelle ensuite les bienfaits universels dont Dieu ne cesse jamais d’entourer la race humaine. L’âme glorifie le Seigneur quand elle consacre toutes ses puissances intérieures à louer et à servir Dieu; quand, par sa soumission aux préceptes divins, elle montre qu’elle ne perd jamais de vue sa puissance et sa majesté.

L’esprit exulte en Dieu son Sauveur, quand il met toute sa joie à se souvenir de son Créateur dont il espère le salut éternel. Ces mots, sans doute, expriment exactement ce que pensent tous les saints, mais il convenait tout spécialement qu’ils soient prononcés par la bienheureuse Mère de Dieu qui, comblée d’un privilège unique, brûlait d’un amour tout spirituel pour celui qu’elle avait eu la joie de concevoir en sa chair. Elle avait bien sujet, et plus que tous les saints, d’exulter de joie en Jésus — c’est-à-dire en son Sauveur — car celui qu’elle reconnaissait pour l’auteur éternel de notre salut, elle savait qu’il allait, dans le temps, prendre naissance de sa propre chair, et si véritablement qu’en une seule et même personne serait réellement présent son Fils et son Dieu.

Car le Puissant fit pour moi des merveilles. Saint est Son nom ! Pas une allusion à ses mérites à elle. Toute sa grandeur, elle la rapporte au don de Dieu, qui, subsistant par essence dans toute sa puissance et sa grandeur, ne manque pas de communiquer grandeur et courage à ses fidèles, si faibles et si petits qu’ils soient en eux-mêmes.

Et c’est bien à propos qu’elle ajoute : Saint est Son nom, pour exhorter ses auditeurs et tous ceux auxquels parviendraient ses paroles, pour les presser de recourir à l’invocation confiante de son nom. Car c’est de cette manière qu’ils peuvent avoir part à l’éternelle sainteté et au salut véritable, selon le texte prophétique: Quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé. C’est le nom dont elle vient de dire: Exulte mon esprit en Dieu mon Sauveur.

Aussi est-ce un usage excellent et salutaire, dont le parfum embaume la sainte Église, que celui de chanter tous les jours, à vêpres, le cantique de la Vierge. On peut en attendre que les âmes des fidèles, en faisant si souvent mémoire de l’incarnation du Seigneur, s’enflamment d’une plus vive ferveur, et que le rappel si fréquent des exemples de sa sainte Mère les affermisse dans la vertu. Et c’est bien le moment, à vêpres, de revenir à ce chant, car notre âme, fatiguée de la journée et sollicitée en sens divers par les pensées du jour, a besoin, quand s’approche l’heure du repos, de se rassembler pour retrouver l’unité de son attention.

Saint Bède le Vénérable, Homélies sur l’Evangile (I, 4 : CCL 122, 25-26.30)

AJOUTEZ VOTRE COURRIEL POUR RECEVOIR NOS ACTUALITÉS

Catholiques de France

Catholiques de France

Ce site a pour ambition de défendre le magistère et la Foi Catholique dans son intégralité et sans concession, dans un esprit de foi et de charité. Notre devise : Pour sauver la France éternelle conservons la Foi de nos pères.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.