Sainte fête du Cœur immaculée de Marie

La propagation de la dévotion au Coeur de Marie remonte au XVIIe siècle où saint Jean Eudes la propagea en l’unissant à celle du Sacré-Coeur de Jésus.

Au cours du XIXe siècle, sa sainteté Pie VII d’abord, et Pie IX ensuite, accordèrent à plusieurs églises une fête du Coeur très pur de Marie fixée au dimanche dans l’octave de l’Assomption, puis au samedi suivant la fête du Sacré-Coeur.

Le 13 juillet 1917, la Sainte Vierge apparaissait au Portugal pour déclarer aux petits voyants de Fatima que Dieu voulait établir la dévotion à Son Coeur Immaculé pour le salut du monde.

Elle demanda aux chrétiens la pratique du premier samedi du mois par la communion réparatrice et la récitation du chapelet accompagnée de la méditation des mystères du Rosaire.

Le 31 octobre 1942, le jour de la clôture solennelle du Jubilé des Apparitions de Fatima, le pape Pie XII s’exprimant à la radio, consacra le monde au Coeur Immaculé de Marie pour répondre à l’appel de notre Mère du ciel. Il renouvela ce geste important le 8 décembre 1942.

En 1944, en pleine guerre mondiale, le même souverain pontife consacrait encore tout le genre humain au Coeur Immaculé de Marie pour le mettre sous Sa toute-puissante protection. A l’occasion de cette même cérémonie, il décréta que l’Eglise entière célébrerait chaque année une fête en l’honneur du Coeur Immaculé de Marie afin d’obtenir par l’intercession de la Très Sainte Vierge, «la paix des nations, la liberté de l’Eglise, la conversion des pécheurs, l’amour de la pureté et la pratique des vertus.»

Il fixa la date de cette fête au 22 août, jour octave de la fête de l’Assomption.

En créant la très Sainte Vierge, la Trinité Sainte a pu contempler le ravissant spectacle d’un Coeur qui dès son premier battement n’aima que son Dieu, et L’aima à lui seul plus que tous les anges et les saints ensemble ne L’aimeront jamais.

«Le Père, dit saint Jean Eudes, a déployé Sa puissance pour former un Coeur de fille plein de respect et de fidélité envers son Créateur. Le Fils en fit un Coeur de Mère et l’Esprit-Saint en fit un Coeur d’épouse pour y célébrer Ses noces ineffables.»

La gloire de la fille du roi, disent les Livres Saints, est toute intérieure et cachée, autrement dit, elle est toute en Son Coeur.

Là se trouvent toutes les perfections des anges et des hommes, dans un tel degré d’excellence que rien n’y peut être comparé. Là se trouvent les perfections de Dieu même, aussi fidèlement retracées qu’elles peuvent l’être dans une simple créature.

La bonté et la miséricorde président parmi les vertus dont Dieu a orné le Coeur Immaculé de Sa Mère. Aussi tout pécheur trouve en Elle un refuge assuré.

Ce Coeur qui nous a tant aimé n’a point été flétri dans le tombeau comme celui des autres mortels. Ses mouvements n’ont été qu’un seul instant suspendus sous le souffle de la mort.

Il vit aujourd’hui palpitant d’un amour infini, inondé de célestes délices au sein de la gloire immortelle où il continue de nous aimer avec prédilection.

Comme la sainte Eglise nous le recommande aujourd’hui au moyen de la belle fête du Coeur Immaculé de Marie, vouons un culte spécial de vénération et d’amour à ce Coeur magnanime, le plus noble le plus généreux qui soit sorti des mains du Créateur.

Supplions-le donc de nous apprendre à aimer Jésus, à souffrir pour Lui, à supporter avec amour et résignation les peines de la vie, les souffrances et les croix qu’il plaira à Dieu de nous envoyer.

Recourons donc sans cesse à ce Coeur incomparable et nous expérimenterons infailliblement sa bénignité, sa mansuétude et sa tendresse.

Texte de la messe

die 22 augustile 22 août
Rubrique avant 1955
De die Octava Assumptionis B. Mariæ Virg. nihil fit in Missa Immaculati Cordis. Sicubi tamen hac die celebretur aliquod festum, duplex I vel II classis, quod non sit B. Mariæ Virg., de ipsa die Octava fit commemoratio per orationes diei festi, iuxta rubricas, et dicitur præfatio de B. Maria Virg. Et te in Assumptióne, nisi ipsa Missa occurrens, aut commemoratio prius habita, aliam præfationem exigant.On ne fait rien du jour Octave de l’Assomption à la Messe du Cœur Immaculé. Si cependant aujourd’hui on doit célébrer quelque fête double de 1ère ou de 2ème classe, qui ne serait pas de la Bse Vierge Marie, on fait commémoraison du jour même de l’Octave selon les rubriques, et on dit la Préface de la bienheureuse Vierge Marie Et en ce jour de l’Assomption, sauf si la Messe occurrente ou une autre commémoraison faite avant, exigent une autre préface.
IMMACULATI CORDIS B. MARIÆ V.LE CŒUR IMMACULÉ DE LA Bse VIERGE MARIE
II classis (ante CR 1960 : duplex II classis)IIème classe (avant 1960 : double de IIème classe)
Ant. ad Introitum. Hebr. 4, 16.Introït
Adeámus cum fidúcia ad thronum grátiæ, ut misericórdiam consequámur, et grátiam inveniámus in auxílio opportúno.Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce, afin d’obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus en temps opportun.
Ps. 44, 2.
Eructávit cor meum verbum bonum : dico ego ópera mea Regi.De mon cœur a jailli une excellente parole ; c’est que j’adresse mes œuvres à un roi.
V/. Glória Patri.
Oratio.Collecte
Omnípotens sempitérne Deus, qui in Corde beátæ Maríæ Vírginis dignum Spíritus Sancti habitáculum præparásti : concéde propítius ; ut eiúsdem immaculáti Cordis festivitátem devóta mente recoléntes, secúndum cor tuum vívere valeámus. Per Dóminum … in unitáte eiúsdem.Dieu éternel et tout puissant, qui avez préparé dans le Coeur de la bienheureuse Vierge Marie une demeure digne du Saint-Esprit, faites, dans votre bonté, qu’en célébrant de toute notre âme cette fête en l’honneur de son cœur immaculé, nous arrivions à vivre selon votre cœur.
Et fit commemoratio Ss. Timothei, Hippolyti et Symphoriani Mm. :Et on fait mémoire des Sts Timothée, Hippolyte et Symphorien, Martyrs :
Oratio.Collecte
Auxílium tuum nobis, Dómine, quǽsumus, placátus impende : et, intercedéntibus beátis Martýribus tuis Timótheo, Hippolýto et Symphoriáno, déxteram super nos tuæ propitiatiónis exténde. Per Dóminum.Dans votre bonté, Seigneur, accordez-nous votre secours, et grâce à l’intercession de vos bienheureux Martys Timothée, Hippolyte et Symphorien, étendez sur nous votre bras protecteur.
Léctio libri Sapiéntiæ.Lecture du Livre de la Sagesse.
Eccli. 24, 23-31.
Ego quasi vitis fructificávi suavitátem odóris : et flores mei fructus honóris et honestátis. Ego mater pulchræ dilectiónis et timóris et agnitiónis et sanctæ spei. In me grátia omnis viæ et veritátis : in me omnis spes vitæ et virtútis. Transíte ad me, omnes qui concupíscitis me, et a generatiónibus meis implémini. Spíritus enim meus super mel dulcis, et heréditas mea super mel et favum. Memória mea in generatiónes sæculórum. Qui edunt me, adhuc esúrient : et qui bibunt me, adhuc sítient. Qui audit me, non confundétur : et qui operántur in me, non peccábunt. Qui elúcidant me, vitam ætérnam habébunt.Comme la vigne j’ai poussé des fleurs d’une agréable odeur, et mes fleurs donnent des fruits de gloire et d’abondance. Je suis la mère du bel amour, de la crainte, de la science et de la sainte espérance. En moi est toute la grâce de la voie et de la vérité ; en moi est toute l’espérance de la vie et de la vertu. Venez à moi, vous tous qui me désirez, et rassasiez-vous de mes fruits ; car mon esprit est plus doux que le miel, et mon héritage plus suave que le rayon de miel. Ma mémoire passera dans la suite des siècles. Ceux qui me mangent auront encore faim, et ceux qui me boivent auront encore soif. Celui qui m’écoute ne sera pas confondu, et ceux qui agissent par moi ne pécheront point. Ceux qui me mettent en lumière auront la vie éternelle.
Graduale. Ps. 12, 6.Graduel
Exsultábit cor meum in salutári tuo : cantábo Dómino, qui bona tríbuit mihi : et psallam nómini Dómini altíssimi.Mon coeur tressaillira à cause de ton salut : chanterai le Seigneur pour le bien qu’il m’a fait, et je louerai le nom du Seigneur, le Très-haut.
V/. Ps. 44, 18. Mémores erunt nóminis tui in omni generatióne et generatiónem : proptérea pópuli confitebúntur tibi in ætérnum.V/. Ils se rappelleront de votre nom d’âge en âge ; et les peuples vous loueront éternellement et à jamais.
Allelúia, allelúia. V/. Luc. 1, 46, 47. Magníficat ánima mea Dóminum : et exsultávit spíritus meus in Deo salutári meo. Allelúia.Allelúia, allelúia. V/. Mon âme glorifie le Seigneur, et mon esprit tressaille de joie en Dieu, mon Sauveur.
¶ In missis votivis post Septuagesimam, ommissis Allelúia et versu sequenti, dicitur¶ Aux messes votives après la Septuagésime, on omet l’Alléluia et son verset et on dit :
Tractus. Prov. 8, 32, 35.Trait
Nunc ergo, fílii, audíte me : Beáti qui custódiunt vias meas.Et maintenant, mes fils, écoutez-moi ; heureux ceux qui gardent mes voies !
V/. Audíte disciplínam et estóte sapiéntes, et nolíte abiícere eam.V/. Ecoutez l’instruction pour devenir sages ; ne la rejetez pas.
V/. Beátus homo qui audit me, et qui vígilat ad fores meas quotídie, et obsérvat ad postes óstii mei.V/. Heureux l’homme qui m’écoute, qui veille chaque jour à mes portes, et qui en garde les montants !
V/. Qui me invénerit, invéniet vitam, et háuriet salútem a Dómino.V/. Car celui qui me trouve a trouvé la vie, et il puisera le salut dans le Seigneur.
Tempore paschali omittitur graduale, et eius loco dicitur :Pendant le temps pascal, on omet le graduel et à sa place on dit :
Allelúia, allelúia. V/. Luc. 1, 46-47. Magníficat ánima mea Dóminum : et exsultávit spíritus meus in Deo salutári meo.Allelúia, allelúia. V/. Mon âme glorifie le Seigneur, et mon esprit tressaille de joie en Dieu, mon Sauveur.
Allelúia. V/. Beátam me dicent omnes generatiónes, quia ancíllam húmilem respéxit Deus. Allelúia.Allelúia. V/. Toutes les générations me diront bienheureuse, car Dieu a regardé l’humilité de sa servante.
+ Sequéntia sancti Evangélii secúndum Ioánnem.Lecture du Saint Evangile selon saint Jean.
Ioann. 19, 25-27.
In illo témpore : Stabant iuxta Crucem Iesu Mater eius, et soror Matris eius, María Cléophæ, et María Magdaléne. Cum vidísset ergo Iesus Matrem, et discípulum stantem, quem diligébat, dicit Matri suæ : Múlier, ecce fílius tuus. Deinde dicit discípulo : Ecce Mater tua. Et ex illa hora accépit eam discípulus in sua.En ce temps-là, debout près de la croix de Jésus se tenaient sa mère, et la sœur de sa mère, Marie, femme de Cléophas, et Marie-Madeleine. Jésus ayant vu sa mère, et, auprès d’elle, le disciple qu’il aimait, dit à sa mère : Femme, voilà votre fils. Puis il dit au disciple : Voilà ta mère. Et, à partir de cette heure, le disciple la prit chez lui.
Credo
Ant. ad Offertorium. Luc. 1, 46, 49.Offertoire
Exsultávit spíritus meus in Deo salutári meo ; quia fecit mihi magna qui potens est, et sanctum nomen eius.mon esprit tressaille de joie en Dieu, mon Sauveur, parce que le Puissant a fait pour moi de grandes choses, et son nom est saint,
SecretaSecrète
Maiestáti tuæ, Dómine, Agnum immaculátum offeréntes, quǽsumus : ut corda nostra ignis ille divínus accéndat, cui Cor beátæ Maríæ Vírginis ineffabíliter inflammávit. Per eundem Dóminum.En offrant, Seigneur, à votre majesté, l’Agneau sans tache, nous vous supplions d’allumer en nos cœurs ce feu divin qui embrasa d’une manière ineffable le Cœur de la bienheureuse Vierge Marie.
Pro Ss. MartyribusPour les Sts Martyrs
SecretaSecrète
Accépta tibi sit, Dómine, sacrátæ plebis oblátio pro tuórum honóre Sanctórum : quorum se méritis de tribulatióne percepísse cognóscit auxílium. Per Dóminum nostrum.Agréez, Seigneur, l’offrande que vous fait le peuple fidèle pour honorer vos saints, sachant qu’il doit à leurs mérites le secours qu’il a reçu dans les épreuves.
Præfatio de B. Maria Virg. Et te in Festivitáte.Préface de la bienheureuse Vierge Marie Et en cette Fête.
Ant. ad Communionem. Ioann. 19, 27.Communion
Dixit Iesus matri suæ : Múlier, ecce fílius tuus : deinde dixit discípulo : Ecce mater tua. Et ex illa hora accépit eam discípulus in sua.Jésus dit à sa mère : Femme, voilà votre fils. Puis il dit au disciple : Voilà ta mère. Et, à partir de cette heure, le disciple la prit chez lui.
PostcommunioPostcommunion
Divínis refécti munéribus te, Dómine, supplíciter exorámus : ut beátæ Maríæ Vírginis intercessióne, cuius immaculáti Cordis solémnia venerándo égimus, a præséntibus perículis liberáti, ætérnæ vitæ gáudia consequámur. Per Dóminum.Renouvelés par ces dons divins, nous vous supplions humblement, Seigneur, par l’intercession de la bienheureuse Vierge Marie dont nous célébrons avec piété la solennité du Cœur immaculé, de nous arracher aux dangers de la vie présente et de nous accorder les joies de la vie éternelle.
Pro Ss. MartyribusPour les Sts Martyrs
PostcommunioPostcommunion
Divíni muneris largitate satiáti, quǽsumus, Dómine, Deus noster : ut, intercedéntibus sanctis Martýribus tuis Timótheo, Hippolýto et Symphoriáno, in eius semper participatióne vivámus. Per Dóminum.Rasssasiés de l’abondance du don divin, nous vous demandons, Seigneur notre Dieu, par l’intercession de vos saints Martyrs Timothée, Hippolyte et Symphorien, de toujours trouver la vie en le recevant.

AJOUTEZ VOTRE COURRIEL POUR RECEVOIR NOS ACTUALITÉS

Catholiques de France

Catholiques de France

Ce site a pour ambition de défendre le magistère et la Foi Catholique dans son intégralité et sans concession, dans un esprit de foi et de charité. Notre devise : Pour sauver la France éternelle conservons la Foi de nos pères.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.