Biographie : Monseigneur de Ségur

Né à Paris le 15 avril 1820 et mort le 09 juin 1881, Louis-Gaston de Ségur est un prélat et un apologète catholique français du XIXe siècle.

C’était le fils de la célèbre comtesse de Ségur.

Il descend du marquis de Ségur (maréchal de France et ministre de Louis XVI pendant la Guerre d’indépendance américaine), du comte de Ségur (qui accompagna La Fayette en Amérique) du côté de son père, et du comte russe Rostoptchine, (qui incendia Moscou en 1812 à l’approche des armées de Napoléon) du côté de sa mère, la célèbre comtesse de Ségur. Après des études de droit et de peinture où il est élève de Paul Delaroche, il passa d’une relative indifférence religieuse à une grande dévotion. Entré dans le corps diplomatique, il est attaché à l’ambassade de France à Rome en 1842, mais démissionne l’année suivante pour entrer au séminaire de Saint-Sulpice et se préparer au sacerdoce ; il est ordonné prêtre en 1847. Après quelques années de ministère à Paris, il est nommé auditeur pour la France auprès de la Rote romaine, et occupe cette charge pendant quatre années. Il bénéficie d’une grande estime à la cour pontificale. Il mène également des négociations politiques pour le compte de Napoléon III, tout en étant aumônier de la garnison française à Rome.

En dehors de son ministère, il écrit de nombreux ouvrages. En 1851, il fait paraître des « Réponses aux objections les plus répandues contre la religion », dont plus de 700 000 exemplaires sont vendus en France et en Belgique à sa mort, sans compter des traductions en italien, allemand, anglais, espagnol et même hindi.

D’autres essais sont destinés à faire connaître et à défendre le point de vue catholique sur les problèmes du temps comme « l’École sans Dieu » (1873) ou « les Francs-maçons » (1867) qui en était à sa 62e réimpression en 1887 et dont 120 000 exemplaires se vendirent les 5 premières années de sa sortie.

Il publie également des ouvrages de piété comme « Jésus vivant en nous » (1869), dont la traduction italienne est mise à l’Index, « La piété enseignée aux enfants » (1864) ou « La piété et la vie intérieure » (1864).

Ses œuvres complètes sont publiées en 1876-1877 à Paris, en dix volumes. Par la suite paraissent « Cent cinquante deux miracles de Notre Dame de Lourdes » (1882), « Journal d’un voyage en Italie » (1882) et « Lettres de Mgr de Ségur » (1882).

AJOUTEZ VOTRE COURRIEL POUR RECEVOIR NOS ACTUALITÉS

Catholiques de France

Catholiques de France

Ce site a pour ambition de défendre le magistère et la Foi Catholique dans son intégralité et sans concession, dans un esprit de foi et de charité. Notre devise : Pour sauver la France éternelle conservons la Foi de nos pères.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.