Jean XXIII : ennemi de l’intérieur

Pope PIUS XII poses with Cardinal Angelo Giuseppe RONCALLI. The latter will succeed him to the papal throne in 1958 under the name of JOHN XXIII.

Découvrez comment Angelo Roncalli, alias Jean XIII, devint l’homme qui détruisit l’Eglise de l’Intérieur. Documentaire en 3 parties :

1. L’Angelo prévaricateur : Angelo Roncalli ennemi de l’intérieur 1:18

2. Pacem In Terris : Document de propagande du N.O.M. 32:14

3. Jean XXIII et la synagogue : Préparation d’un œcuménisme inter-religieux judéophile 57:16

AJOUTEZ VOTRE COURRIEL POUR RECEVOIR NOS ACTUALITÉS

Catholiques de France

Catholiques de France

Ce site a pour ambition de défendre le magistère et la Foi Catholique dans son intégralité et sans concession, dans un esprit de foi et de charité. Notre devise : Pour sauver la France éternelle conservons la Foi de nos pères.

One thought on “Jean XXIII : ennemi de l’intérieur

  1. De deux choses l’une : ou Jean XXIII a été le complice indirect, ou il a été la victime consentante de tout un pré-concile (1959-1962) au cours duquel ce pape a permis que Chenu, Congar, Kung, Rahner, Schillebeeck se préparent à faire ce qu’ils ont fait et à défaire ce qu’ils ont défait, au moment et au moyen du Concile.

    Or, compte tenu du fait que ces auteurs ont, en aval immédiat du Concile, donné naissance à la revue de théologie moderniste Concilium, pour pouvoir poursuivre le travail de detridentinisation voire de décatholicisation de l’Eglise et de la foi, amorcé, entamé ou initié au Concile, le bon pape Jean, qui était plus un diplomate qu’un intellectuel, aurait peut-être enfin compris, s’il avait été encore vivant, à quoi il avait dit oui, quelques années auparavant.

    Autre remarque : une Eglise catholique depuis l’intérieur et le sommet de laquelle on ne veut plus distinguer clairement et fermement entre la vérité et les erreurs, ou entre la foi catholique d’une part, et les confessions chrétiennes catholiques, les religions non chrétiennes et les divers athéismes d’autre part, s’expose gravement au risque de perdre sa raison d’être, au service de la foi en Dieu et du salut en Dieu.

    Or, le mode de dissimulation ou de surcompensation, par les clercs, du fait qu’ils ne veulent plus distinguer entre la vérité et les erreurs, avant tout en matière religieuse, se manifeste et se maximise au sein de textes interminables, qui parlent, d’une manière intégraliste et personnaliste, et non organiciste et substantialiste, de tout à fait autre chose, d’où Mater et Magistra, Pacem in terris, Laudato si, Fratelli tutti…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.