« Non serviam : la révolution de Mai 1968 contre le principe d’autorité » Conférences par l’abbé Francesco RICOSSA

Conférences par l’abbé Francesco RICOSSA (IMBC), le 2 décembre 2018 à Paris.
« Non serviam : la révolution de Mai 1968 contre le principe d’autorité »

3ème partie :
Vatican II, anticipation de mai 1968 : question de l’autorité dans l’Église

Le Pape saint Pie X condamna la doctrine qui prétendait “travailler à réaliser une ère d’égalité, qui serait par là-même une ère de meilleure justice. Ainsi (pour cette doctrine), toute inégalité de condition est une injustice ou, au moins, une moindre justice ! Principe souverai-nement contraire à la nature des choses, générateur de jalousie et d’injustice et subversif de tout ordre social”.

Le saint Pape soulignait encore, au sujet de l’autorité, l’importance de l’autorité de Dieu dans la société : “Au reste, si le peuple demeure le détenteur du pouvoir, que devient l’autorité ? Une ombre, un mythe ; il n’y a plus de loi proprement dite, il n’y a plus d’obéis-sance”. Dans une telle société future, il n’y “aura plus de maîtres ni de serviteurs ; les citoyens y seront tous libres, tous cama-rades, tous rois. Un ordre, un pré-cepte, serait un attentat à la liberté ; la subor-dination à une supériorité quelconque serait une diminution de l’homme, l’obéis-sance une déchéance. Est-ce ainsi que la doctrine traditionnelle de l’Église nous représente les relations sociales dans la cité même la plus parfaite possible ?”

Saint Pie X déplorait qu’on “ins-pire à (la) jeunesse catholique la défiance envers l’Église (…) ; on (lui) apprend que depuis dix-neuf siècles, elle n’a pas encore réussi dans le monde à constituer la société sur ses vraies bases ; qu’elle n’a pas compris les notions sociales de l’autorité, de la liberté, de l’égalité, de la fraternité et de la dignité humaine ; que les grands évêques et les grands monarques, qui ont créé et si glorieusement gouverné la France, n’ont pas su donner à leur peuple ni la vraie justice, ni le vrai bonheur (…). Le souffle de la Révolution a passé par là”.

Extraits de Notre Charge Apostolique, Lettre de saint Pie X sur le Sillon (25 août 1910).

AJOUTEZ VOTRE COURRIEL POUR RECEVOIR NOS ACTUALITÉS

Catholiques de France

Catholiques de France

Ce site a pour ambition de défendre le magistère et la Foi Catholique dans son intégralité et sans concession, dans un esprit de foi et de charité. Notre devise : Pour sauver la France éternelle conservons la Foi de nos pères.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *