Quelle est la mission de la secte conciliaire ?

Mission de la secte conciliaire : l’unification du genre humain par la négation du péché originel

Plus de détails :

– La nouvelle chrétienté de Jacques Maritain – 𝗗𝗶𝘀𝗰𝗼𝘂𝗿𝘀 𝗱’𝗼𝘂𝘃𝗲𝗿𝘁𝘂𝗿𝗲 𝗱𝘂 𝗰𝗼𝗻𝗰𝗶𝗹𝗶𝗮𝗯𝘂𝗹𝗲 𝗩𝗮𝘁𝗶𝗰𝗮𝗻 𝗜𝗜 par Jean XXIII (11 octobre 1962)

– Montini Paul VI : 𝐋𝐮𝐦𝐞𝐧 𝐠𝐞𝐧𝐭𝐢𝐮𝐦 (21 novembre 1964), 𝗚𝗮𝘂𝗱𝗶𝘂𝗺 𝗲𝘁 𝘀𝗽𝗲𝘀 de Paul VI (7 décembre 1969), 𝗡𝗼𝘀𝘁𝗿𝗮 Æ𝘁𝗮𝘁𝗲 de Paul VI (28 octobre 1965) et 𝗣𝗼𝗽𝘂𝗹𝗼𝗿𝘂𝗺 𝗣𝗿𝗼𝗴𝗿𝗲𝘀𝘀𝗶𝗼 de Paul VI (26 mars 1967)

– 𝗦𝗽𝗲 𝘀𝗮𝗹𝘃𝗶 de Benoît XVI (30 novembre 2007)…

AJOUTEZ VOTRE COURRIEL POUR RECEVOIR NOS ACTUALITÉS

[sibwp_form id=2]

Catholiques de France

Catholiques de France

Ce site a pour ambition de défendre le magistère et la Foi Catholique dans son intégralité et sans concession, dans un esprit de foi et de charité. Notre devise : Pour sauver la France éternelle conservons la Foi de nos pères.

One thought on “Quelle est la mission de la secte conciliaire ?

  1. La mission que se donne la mouvance conciliaire est celle-ci : soumettre l’Eglise, les fidèles, la foi catholique, la liturgie divine, la morale chrétienne et les sacrements de l’Eglise à l’utopie de la réconciliation de l’Eglise catholique avec son environnement extérieur et avec le monde contemporain, l’idéologie du dialogue, de l’évolution, de l’ouverture ad extra, et du renouveau, de l’adaptation, de l’innovation ad intra constituant le véhicule qui conduit tout droit jusqu’à la concrétisation, presque complète et définitive, de cette utopie.

    Il est à noter que cette utopie de la réconciliation a déjà commencé et va bientôt continuer à déboucher sur une réalité, la subordination de l’Eglise, des fidèles, de la foi catholique, de la liturgie divine, de la morale chrétienne et des sacrements de l’Eglise, à des idées et à des valeurs, mais aussi à des manières de dire, de faire, de taire et de défaire, qui ne sont pas d’inspiration catholique, ni même, pour certaines d’entre elles, d’inspiration chrétienne, comme on le voit dans le cadre de l’inclusivisme interreligieux et de l’unanimisme interconvictionnel.

    Ainsi, en moins d’un siècle, nous sommes passés de l’intégralisme de Maritain à l’inclusivisme de Jean-Paul II, puis de l’inclusivisme de Jean-Paul II à l’unanimisme de François, ou nous sommes passés du personnalisme communautaire de Mounier au consensualisme fraternitaire interconfessionnel et interreligieux, puis de ce consensualisme fraternitaire à une espèce de confusionnisme diversitaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.