Qui était l’abbé Luigi Villa?

Qui est l’abbé Luigi Villa?l’abbé Luigi Villa ?
Ing. Franco Adessa (Traduction par le Père Louis Demornex)


——————————————————————————–
À la demande de beaucoup de personnes
en Italie et à l’étranger, après plus de vingt ans
de collaboration avec ce Prêtre courageux,
j’ai décidé d’écrire cette
brève biographie de l’abbé Luigi Villa,
parce que je considère qu’il n’est plus possible de taire
l’indescriptible et interminable persécution
subie par ce vieux, fidèle
et incorruptible Ministre de Dieu!
——————————————————————————–

Né à Lecco, le 3 février 1918, Luigi Villa, après avoir accompli ses études de gymnase, lycée et de théologie, fut ordonné prêtre le 28 juin 1942. Il célébra sa première Messe dans la cathédrale de Lecco, sa ville natale et exerça son ministère sacerdotal dans l’Institut des Pères Comboniens pendant environ dix ans.


Don Villa était un vrai chasseur de vocations et un prédicateur et conférencier estimé et ses interventions
étaient appréciées et requises dans beaucoup de ville et lieux d’Italie. Il se dédiait en outre de façon particulière à la formation des jeunes.

Ce fut justement son lien avec les jeunes et l’influence qu’il exerçait sur eux qui lui valut une condamnation à mort. En effet, le hiérarque fasciste Ministre de la Justice, Roberto Farinacci, émit une condamnation à mort contre lui.

La motivation était la suivante: «Le Père Luigi Villa, on ne sait pas trop qui c’est; il semble
envoyé par le temps pour soulever les jeunes contre la République».


L’exécution de la fusillade n’eut pas lieu grâce à un “mouchardage” fait par un employé du Ministère de la
Justice qui, en secret et en toute hâte, avertit un confrère de l’abbé Villa, le Père Ceccarini qui vivait auprès de l’Institut Combonien de Crema avec l’Abbé Villa pour qu’il s’enfuie.


Ainsi, l’abbé Villa passa par une fenêtre et se sauva, au moment même où arrivait la jeep avec les six soldats en armes du peloton d’exécution.


Cette condamnation pesa sur l’abbé Villa pendant toute la durée de la Ré-
publique de Salò; il eut toujours autour de lui une atmosphère de situation provisoire et une menace permanente qui seulement avec la fin de la guerre, le 25 juillet 1945, marqua sa libération de ce cauchemar!


Pendant la guerre, l’abbé Villa se prodigua aussi pour libérer des familles entières de juifs. En effet, en obéissance aux dispositions de Pie XII, l’abbé Villa mit à l’abri 57 juifs, en trois voyages sur les montagnes à la frontière entre l’Italie et la Suisse, risquant la vie à chaque voyage.


Au début 1953, à cause de problèmes familiaux, il sortit de l’Institut Combonien et sur invitation de l’archevêque de Ferrara, Mgr Roger Bovelli, il s’incardina dans ce diocèse pour fonder un Mouvement Missionnaire International.


Rencontres avec Padre Pio


En ces années-là, l’abbé Villa continua son activité de prédicateur et de
conférencier. En 1956, il tint une série de conférences aux licenciés de Bari, où après un déjeuner à base de poisson, il eut une intoxication à cause des huîtres dans les pâtes.
Son ami l’abbé Berni qui était aumônier militaire à l’aéroport de Bari ayant été informé, l’abbé Villa fut prélevé par quelques aviateurs qui le portèrent au pavillon infirmerie de l’aéroport où il fut soigné par le médecin colonel, y restant jusqu’à sa guérison.


Avant de quitter Bari, l’abbé Berni voulut que l’abbé Villa l’accompagnât à San Giovanni Rotondo. Arrivés sur place, l’abbé Berni lui demanda de l’attendre, tandis qu’il allait à l’hôtel “Santa Maria” commander le déjeuner. L’abbé Villa alla alors prier dans la petite église du Couvent.


L’abbé Luigi Villa, peu après avoir été ordonné Prêtre, en 1942.
L’église était vide et il s’agenouilla dans un des bancs. Tout à coup, il perçut une présence et se retourna. À côté de lui, il y avait un jeune homme , extraordinairement beau qui lui demanda:

«Voulez-vous rencontrer Padre Pio?».
«Non!» répondit l’abbé Villa, mais l’autre insista:

«Allez, allez seulement, Padre Pio vous attend!».


L’abbé Villa se tourna vers la personne qui venait de lui parler, mais à côté de lui, il n’y avait plus personne.

La personne qui avait prononcé ces mots avait disparu!
Alors, il entra dans le couvent et monta vers l’endroit où est la cellule de Padre Pio, il sentit un parfum intense de fleurs et le communiqua à un moine qui passait et qui lui dit:

«Bon signe,bon signe!» ajoutant que Padre Pio serait vite de retour dans sa cellule.


Pendant l’attente, l’abbé Villa écrivit sur un calepin 12 questions qu’il entendait poser au moine. Peu après, il vit s’ouvrir la porte qui était au fond de l’escalier de la sacristie. À peine entré, Padre Pio le regarda (il était au fond du couloir étroit, à une vingtaine de mètres) et dit:

«Que faites-vous ici, père Villa?»,

puis il s’achemina jusqu’à sa petite chambre, N° 5, où il entra avec les deux médecins qui le suivaient. Mais au bout de quelques minutes, les médecins une fois sortis, Padre Pio appela l’abbé Villa et le fit entrer dans sa cellule.

Et là, il répondit aux 12 questions et lui parla pendant plus d’une demi-heure, lui donnant une tâche à accomplir: dédier toute sa vie à défendre l’Église du Christ contre l’œuvre de la Franc-maçonnerie, surtout ecclésiastique.

L’abbé Villa demeura perplexe et dit: «Mais je ne suis pas préparé pour une telle tâche; en outre, je devrais être protégé par un évêque. Padre Pio l’interrompit et lui dit:

«Va trouver l’évêque de Chieti et lui te dira ce qu’il faut faire».


Deux jours plus tard, l’abbé Villa partit de Bari et se rendit chez Mgr Giambattista Bosio.

L’évêque lui demanda:

«Pourquoi es-tu ici?». L’abbé Villa répondit:

«Padre Pio m’a dit de venir vous trouver» et lui expliqua les motifs.


À la fin Mgr Bosio lui dit: «C’est impossible parce qu’un évêque n’a d’autorité que dans son diocèse et ton programme est bien plus ample! De toutes manières, puisque c’est Padre Pio qui te l’a dit, lui que je n’ai jamais vu ni connu, j’irai à Rome pour un éclaircissement».


En effet, Mgr Bosio se rendit chez le Secrétaire d’État, le cardinal Domenico Tardini pour lui parler de la mission que l’abbé Villa avait reçu de Padre Pio. Le cardinal se montra tout de suite contraire, disant qu’une telle tâche n’était réservée qu’aux hauts niveaux de l’Église et non à un simple prêtre. Toutefois, ayant entendu dire qu’un tel projet venait de Padre Pio, il dit qu’il en parlerait au Saint Père. Ce qu’il fit.


Lorsque Mgr Bosio revint chez le cardinal Tardini, ce dernier lui référa que Pie XII avait approuvé la mission confiée par le Padre Pio à l’abbé Villa, mettant cependant deux conditions: l’abbé Villa devait se licencier en théologie dogmatique et en outre il devait être confié à la direction du card. Alfredo Ottaviani, Préfet du Saint Office, du card. Pietro Parente et du card. Pietro Palazzini.
Mgr Giambattista Bosio, Archevêque de Chieti-Vasto.

Le cardinal Domenico Tardini, Secrétaire d’État du Pape Pie XII.6 Ces Cardinaux devaient le guider et le
mettre au courant de tant de secrets de l’Église se rapportant à ce mandat papal.


Mgr Bosio transmit à l’abbé Villa les “conditions” de Pie XII, mais pour sa part, il en ajouta une:

«J’accepte la charge d’être ton évêque, mais je te dis: n’aie jamais rien à faire avec Montini!».


Frappé par la dureté de ces paroles, l’abbé Villa demanda: «Mais qui est Montini?».


Mgr Bosio répondit:

«Je te donne un exemple: je suis de ce côté de la table et toi de l’autre. De ce côté, il y a Mgr Giambattista Montini; de l’autre, le reste de l’humanité!».


Notons que les familles Montini et Bosio étaient toutes les deux résidentes à Concesio (près de Brescia).
Donc la famille Bosio connaissait bien Montini.


Après cela, Mgr Bosio, par un décret du 6 mai 1957, incardina secrètement l’abbé Villa dans le diocèse
de Chieti.


L’abbé Villa s’inscrivit alors à l’Université de Fribourg en Suisse, où il se “licencia” en théologie en juillet
1963. Par la suite il se licencia à l’Université du Latran, à Rome le 28 avril 1971.

AJOUTEZ VOTRE COURRIEL POUR RECEVOIR NOS ACTUALITÉS

Catholiques de France

Catholiques de France

Ce site a pour ambition de défendre le magistère et la Foi Catholique dans son intégralité et sans concession, dans un esprit de foi et de charité. Notre devise : Pour sauver la France éternelle conservons la Foi de nos pères.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.