Renouons avec l’Angélus !

De là vient, comme nous l’avons vu, que les croisades contre les Sarrasins, les victoires sur les Turcs, la paix universelle dont l’Europe jouit longtemps, furent les causes et la récompense de l’Angélus.

Mgr Gaume (l’angélus au ixième)


Il est 7h, au pré, dans la fraîcheur matinale, entouré des vaches que j’amène à la traite, j’entends jouer par les cloches de l’église du village la mélodie céleste de l’Angélus qui nous annonce chaque matin que tout recommence… et que tout homme ne peut guère débuter sa journée après 7h !


Cet Angélus, qui nous invite à la méditation de l’Incarnation, me voilà le prier au contact de la Création du
troisième jour. On croirait, à s’y méprendre, faire partie du tableau de Millet.


Cette prière relativement courte révèle l’essentiel. En effet, le salut du monde a été permis grâce à Celle qui n’a cherché qu’une chose tout au long de sa vie : faire la Volonté de Dieu.


Ainsi, trois fois par jour (matin/midi/soir), l’Église nous rappelle que notre propre salut dépendra de notre soumission à la Volonté de Dieu. Et que rien ne devrait nous soucier plus que de la connaître.


« Voici la servante du Seigneur ; qu’il me soit fait selon votre parole ».


A l’instant même où le « Fiat » est prononcé, « le Verbe s’est fait chair et Il a habité parmi nous ».


A l’instant même Christ s’est fait homme. Pas au bout de 12, 14 ou encore 24 semaines, comme certaines
législations inciteraient à penser depuis les temps de « Progrès »…


Quoi de mieux donc, que de tourner son cœur de bon matin à notre Mère au Ciel, à celle qui veillera sur nous tout au long de cette journée. Quoi de mieux donc, que de renouer avec le Saint Angélus, que
nous avons, par une grâce toute spéciale, encore le bonheur d’entendre chaque matin, et ce malgré l’hostilité du monde.


Soyons digne de cette grâce et du message qu’il veut nous faire passer : chaque matin l’espoir renaît, la Très Sainte Vierge nous montre la voie à suivre.


Quand les Papes faisaient la Loi…

C’est au Concile de Clermont, en 1095, que la pape Urbain II demanda que les cloches soient tintées le matin et le soir, pour que la Vierge obtienne le succès de la première Croisade.

… et nos Rois l’exécutaient…
En 1472, Louis XI rendit obligatoire pour tout le Royaume la sonnerie quotidienne des trois Angélus.

Frère Arnaud

L’Angélus est un trésor, et ce modeste article ne peut lui rendre tous les hommages qui lui sont dus.

Mais Mgr Gaume y à consacrer un ouvrage de plus de 400 pages dont voici un extrait :

Cependant, il est vrai de le dire, la voix du souverain Pontife, jointe à celle du roi de France, fut assez longtemps écoutée. Ainsi, au dix septième siècle, en Franco, en Italie, en Espagne et dans toute l’Europe catholique, l’Angélus se récitait encore généralement et publiquement : les exceptions se comptaient.
En preuve, un écrivain de cette époque rapport l’anecdote suivante : « Deux Français se cherchant l’un et l’autre, à Florence, sur la place du Vieux-Palais, sans se pouvoir trouvera cause de la grande foule qui regardait un baladin, on vint à sonner l’Angélus; et tous les Italiens s’étant mis à genoux, les deux Français se virent seuls debout et ainsi se retrouvèrent. »

AJOUTEZ VOTRE COURRIEL POUR RECEVOIR NOS ACTUALITÉS

Catholiques de France

Catholiques de France

Ce site a pour ambition de défendre le magistère et la Foi Catholique dans son intégralité et sans concession, dans un esprit de foi et de charité. Notre devise : Pour sauver la France éternelle conservons la Foi de nos pères.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *