Les promesses du Sacré Cœur concernant la France

Les promesses concernant la France


En 1689, à une date qu’on ne connait pas d’une manière précise, le Sacré-Coeur révéla à sainte Marguerite-Marie qu’Il était prêt à accorder de très grandes grâces au roi Louis XIV, s’il répondait à plusieurs demandes formulées explicitement. L’authenticité des textes est établie de ma­nière irréfutable ; ils s’adressaient à Louis XIV, à son défaut aux chefs d’État qui lui succéderaient au gouvernement de notre pays.
Ces révélations sont exposées par sainte Marguerite-Marie dans quatre lettres ; elle y fait, de plus, allusion dans deux autres.


Voici la plus importante d’entre elles :


S’adressant à la Mère de Saumaise (juin 1689), après avoir montré le développement que la dévotion au Sacré-Coeur prendrait dans l’Institut de la Visitation, sainte Marguerite-Marie ajoute :


« Mais il ne veut pas s’en arrêter là : il a encore de plus grands desseins qui ne peuvent être exécutés que par sa Toute-Puissance, qui peut tout ce qu’elle veut. Il désire donc, ce me semble, entrer avec pompe et magnificence dans la maison des princes et des rois, pour y être honoré autant qu’Il a été outragé, méprisé et humilié en sa Passion, et qu’Il reçoive autant de plaisir de voir les grands de la terre abaissés et humiliés devant Lui, comme il a senti d’amer­tume de se voir anéanti à leurs pieds. »

Et voici les paroles que j’entendis au sujet de notre roi :


« Fais savoir au fils aîné de mon Sacré-Coeur, que, comme sa naissance temporelle a été obtenue par la dévotion aux mérites de ma Sainte-Enfance, de même il obtiendra sa naissance de grâce et de gloire éternelle par la consécra­tion qu’il fera de lui-même à Mon Coeur adorable, qui veut triompher du sien et, par son entremise, de celui des grands de la terre. Il veut régner dans son palais, être peint dans ses étendards et gravé dans ses armes, pour les rendre victorieuses de tous ses ennemis, en abattant à ses pieds ces têtes orgueilleuses et superbes, pour le rendre triomphant de tous les ennemis de la sainte Église. »


Voici une autre lettre, fort importante, sur le même sujet :


« Le Père éternel, voulant réparer les amertumes et an­goisses que l’adorable Coeur de son divin Fils a ressenties dans la maison des princes de la terre, parmi les humilia­tions et outrages de sa Passion, veut établir son empire dans la Cour de notre grand Monarque, duquel il se veut servir pour l’exécution de ce dessein qu’il désire s’accomplir en cette manière, qui est de faire faire un édifice où serait le tableau de ce divin Coeur pour y recevoir la consécration et les hommages du roi et de toute la cour. De plus, ce divin Coeur se voulant rendre protecteur et défenseur de sa sa­crée personne, contre tous, ses ennemis visibles et invisibles, dont il le veut défendre, et mettre son salut en assurance par ce moyen ; c’est pourquoi il l’a choisi comme son fidèle ami pour faire autoriser la messe en son honneur par le Saint- Siège apostolique, et en obtenir tous les autres privilèges qui doivent accompagner cette dévotion de ce Sacré-Coeur, par laquelle il lui veut départir les trésors de ses grâces de sanctification et de salut, en répandant avec abondance ses bénédictions sur toutes ses entreprises, qu’il fera réussir à sa gloire, en donnant un heureux succès à ses armes. »


« Heureux donc qu’il sera, s’il prend goût à cette dé­votion, qui lui établira un règne éternel d’honneur et de gloire dans ce Sacré-Coeur de Notre-Seigneur Jésus-Christ, lequel prendra soin de l’élever et de le rendre grand dans le ciel devant Dieu son Père, autant que ce grand Monarque en prendra de relever devant les hommes les opprobres et anéantissements que ce divin Coeur y a souffert. »


Le Père Perroy, dans sa petite brochure intitulée : Le Message d’espoir, fait remarquer que ce message comporte cinq demandes et quatre promesses :


Cinq demandes :


1° L’entrée avec magnificence dans le palais des grands par l’entremise du roi de France ;
2° La pose dans les étendards du roi et dans ses armes de l’image du Sacré-Coeur, ’131
3° La construction d’un édifice où serait le tableau du divin Coeur ;
4° Dans cet édifice, la consécration du roi et de toute la Cour ;
5° La messe en l’honneur du Sacré-Coeur.


Quatre promesses :


1° Louis XIV obtiendra sa naissance de grâce et de gloire éternelle par cette consécration ;
2° Le Sacré-Coeur rendra ses armes victorieuses et défen­dra sa sacrée personne ;
3° Il le fera triompher des ennemis de l’Église ;
4° Il l’élèvera devant Dieu autant que Louis XIV aura relevé le Sacré-Coeur devant les hommes.


Nous l’avons dit, l’authenticité de ces textes si impor­tants n’est pas contestée. Ils sont authentiques historique­ment, ils viennent bien de sainte Marguerite-Marie et ce que sainte Marguerite-Marie écrivait, elle le tenait direc­tement du Sacré-Coeur. Nous ne pouvons en douter, ces textes étant ceux-mêmes qui figurent dans les pièces ayant servi au procès de canonisation de la sainte.


Si on considère l’importance de Celui qui parle : Notre- Seigneur Jésus-Christ, Roi du Ciel et de la terre, qui vient révéler le dessein de Son Père éternel, si l’on considère d’un autre côté l’importance de ce qu’Il promet, une rénovation du monde par le canal du roi de France, on mesure tout de suite les raisons pour lesquelles, depuis deux siècles et demi, une bataille gigantesque est engagée entre les forces du bien et du mal autour de notre pays. On ne doit pas s’étonner des difficultés, des retards, des reculs même de l’exécution des demandes.

Extrait du livre : https://editions-voxgallia.fr/produit/que-les-francais-fassent-leurs-tresors-des-testaments-de-saint-remi-charlemagne-saint-louis-louis-xvi/

AJOUTEZ VOTRE COURRIEL POUR RECEVOIR NOS ACTUALITÉS

Catholiques de France

Catholiques de France

Ce site a pour ambition de défendre le magistère et la Foi Catholique dans son intégralité et sans concession, dans un esprit de foi et de charité. Notre devise : Pour sauver la France éternelle conservons la Foi de nos pères.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.